Loire-Atlantique: Comment le site Naval Group de Nantes-Indret a participé à l'élaboration du sous-marin Suffren

INNOVATION Le premier sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire sera inauguré vendredi à Cherbourg par Emmanuel Macron lors d’une cérémonie

David Phelippeau

— 

Le Suffren, ici sur le chantier de Naval Group, dans l’arsenal de Cherbourg, se compose de quelque 800.000 pièces.
Le Suffren, ici sur le chantier de Naval Group, dans l’arsenal de Cherbourg, se compose de quelque 800.000 pièces. — Naval Group

Un vaisseau toute nouvelle génération. Vendredi, à Cherbourg, le président de la République Emmanuel Macron inaugurera le sous-marin nucléaire d’attaque de nouvelle génération de type Suffren de la série Barracuda, dont le constructeur est le groupe Naval Group.

« C’est un point d’orgue pour nous… », avoue Hélène Le Tarnec, directrice de la communication de Naval Group à Nantes-Indret. Et pour cause : le site nantais, situé à La Montagne (Loire-Atlantique) et spécialisé dans la propulsion des navires, a fortement contribué à la conception « du sous-marin le plus silencieux du monde », selon Jacques Jourden, directeur des activités Système propulsion sur le site d’Indret.

Deux modules de ce sous-marin sont fabriqués sur le site Naval Group de Nantes-Indret.
Deux modules de ce sous-marin sont fabriqués sur le site Naval Group de Nantes-Indret. - Naval Group

Petit rappel, le programme Barracuda, lancé en 1998 par la Direction générale de l’armement, a pour but de renouveler les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de type Rubis mis en service au début des années 80. Plus polyvalent, le SNA de type Suffren, mis à l’eau cette semaine, doit permettre d’aller plus loin et plus vite. Il sera le premier d’une série de six, et devrait servir dans la marine durant les 40 prochaines années. Le Suffren, aux mensurations impressionnantes (99 m de long et 5.000 T), devrait être mis à la disposition de la marine à l’été ou fin 2020. Le coût total de ce programme, serait de 9,1 milliards d’euros, au lieu des 7,9 milliards prévus initialement.

600 personnes d’Indret mobilisés sur Barracuda

Ce sont les différents sites spécialisés de Naval Group qui ont produit les différents modules. Lesquels ont ensuite été acheminés et assemblés à Cherbourg. Celui de Nantes-Indret est un « acteur clé » dans ce programme. « Notre site a ainsi livré à celui de Cherbourg le module chaufferie du Suffren en 2012 et son module appareil moteur en 2015 », explique Jacques Jourden.

Sur les 1.300 collaborateurs de Nantes-Indret, 600 sont mobilisés sur le programme Barracuda (les six sous-marins), dont « une équipe d’une centaine de personnes à Cherbourg qui est chargé de l’intégration des équipements à bord du sous-marin », précise le directeur des activités Système propulsion sur le site d’Indret.