Envoi de SMS à des lycéens: Laurent Wauquiez rappelé à l’ordre par la CNIL

REACTION Début septembre 2018, des élus d’opposition à la région s’étaient indignés de l’envoi à des lycéens d’un texto signé « Laurent Wauquiez Président de la Région », y voyant « un détournement du fichier du Pass' Région »

Manon Aublanc

— 

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez.
Le président des Républicains, Laurent Wauquiez. — JC Tardivon/SIPA

Laurent Wauquiez rappelé à l’ordre. Après l’envoi en septembre d’un SMS à des lycéens, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a appelé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes à la « vigilance pour l’avenir ».

Début septembre 2018, des élus d’opposition à la région s’étaient indignés de l’envoi à des lycéens d’un texto signé « Laurent Wauquiez Président de la Région » leur souhaitant « une excellente rentrée » et de « belles réussites ». Y voyant « un détournement du fichier du Pass' Région », une carte offrant des avantages aux 15-25 ans en Auvergne-Rhône-Alpes, ils avaient saisi la Cnil.

« Ce SMS, ce n’était ni fait, ni à faire »

Dans un courrier envoyé le 6 juin, l’autorité chargée de veiller au respect de la vie privée dans le domaine informatique invite Laurent Wauquiez « à veiller à ce que les messages envoyés soient strictement conformes aux finalités pour lesquelles les utilisateurs ont été informés et ont consenti ». La Cnil relève aussi de « nombreuses anomalies » dans la base de données Pass’Région et réclame au président de la Région de « bien vouloir mettre à jour » ce fichier. Dans un communiqué, la Région affirme « prendre acte de ces demandes de mise en conformité techniques de son prestataire ».

« Plutôt que d’utiliser le fichier des lycéens et lycéennes de cette manière-là, je préférerais que l’exécutif régional se concentre sur les vrais besoins des lycéens : des bâtiments isolés, une cantine accessible bio et locale, un soutien de la Région dans leurs projets… Ce SMS, ce n’était ni fait, ni à faire. La Cnil le confirme. Maintenant, concentrons-nous sur les politiques régionales », estime dans un communiqué la présidente du groupe Rassemblement citoyen écologiste et solidaire, Monique Cosson.