Municipales à Lyon: LREM se débarrasse de Caroline Collomb, l'épouse du maire

MUNICIPALES La République en marche lui a demandé de quitter son poste de référente départementale

C.G. avec AFP

— 

Caroline Collomb entre Emmanuel Macron (à gauche) et son mari, le ministre de l'Intérieur (à droite)
Caroline Collomb entre Emmanuel Macron (à gauche) et son mari, le ministre de l'Intérieur (à droite) — J.P Ksiazek
  • LREM a demandé à Caroline Collomb de quitter son poste de référente départementale dans le Rhône.
  • L'épouse du maire de Lyon était contestée par une partie de ses troupes.
  • LREM assure pourtant qu'elle ne tourne pas le dos à Gérard Collomb à travers cette décision. 

Les militants réclamaient son départ depuis quelques mois déjà. Caroline Collomb, qui avait été désignée référente de la République en marche dans le Rhône en octobre 2017, va devoir rendre son tablier à la demande du parti. L’épouse du maire de Lyon a été écartée de « manière définitive », précise un membre du bureau exécutif de LREM, confirmant une information du Figaro.

Caroline Collomb était contestée par une partie de ses troupes qui fustigeait sa gouvernance supposément sans partage. Astreinte à un devoir de réserve pendant les élections européennes en raison de sa qualité de magistrate, elle s’était mise en retrait de la campagne et avait été remplacée par un référent par intérim, Ludovic Midol-Monnet.

Pas de remplaçant attitré

« On est en train de chercher une formule pour la remplacer. A priori, on va tourner avec les parlementaires du Rhône pour que le département continue à vivre à l’approche des municipales », souligne le même membre du bureau exécutif.

Derrière le cas de Caroline Collomb se dessinent les ambitions fratricides pour les prochaines élections à la mairie et la métropole. Avec d’un côté Gérard Collomb, revenu dans son fief cet automne après une démission fracassante du gouvernement et de l’autre son ancien lieutenant, David Kimelfeld, bien accroché à la présidence de la métropole, siège du véritable pouvoir lyonnais, qu’il briguera en 2020.

Duel fratricide

En mettant ainsi Caroline Collomb à la porte, LREM aurait-elle déjà fait un choix, préférant tourner le dos à l 'ancien ministre de l'Intérieur ? Cette décision « n’est en aucun cas liée aux candidatures potentielles sur Lyon », a répondu Stanislas Guerini, le délégué général du parti, interrogé à ce sujet sur la chaîne Public Sénat, assurant que LREM ne comptait pas lâcher le maire de Lyon. « Il faut que le département puisse avancer et donc on a pris cette décision, qui est une décision opérationnelle et organisationnelle », a-t-il ajouté.

Selon Gérard Collomb, c'est Emmanuel Macron qui in fine choisira pour l’ensemble des grandes villes et pour Lyon. Ce qu’a démenti Stanislas Guérini. Le chef de l’Etat est « très intéressé par les situations locales » mais « en aucun cas c’est le président de la République qui décide, c’est la commission d’investiture qui prend les décisions », conclut-il.