Municipales 2020: «J'aurai une discussion avec Emmanuel Macron sur le problème de Lyon», déclare Collomb

POLITIQUE Le maire de Lyon était l’invité du « Grand Rendez-vous Europe 1-CNnews-Les Echos » ce dimanche

E.F. avec AFP

— 

Gérard Collomb.
Gérard Collomb. — R. Lafabrègue/AFP

Des déclarations qui sonnent comme un appel direct à Emmanuel Macron à trancher l’épineux dossier lyonnais. Interrogé ce dimanche sur Europe 1 dans le cadre de l’émission politiqueLe Grand Rendez-vous, le maire de Lyon Gérard Collomb a estimé ce dimanche que « c’est Emmanuel Macron qui choisira » les candidats dans les grandes villes aux municipales 2020.

L’ancien ministre de l’intérieur, qui a quitté le gouvernement cet automne pour redevenir maire de Lyon, ne cache pas briguer plutôt la métropole que la mairie de Lyon aux prochaines municipales, puisqu’il ne sera plus possible de cumuler les deux fonctions.

« C’est là qu’est le pouvoir essentiel », c’est là que se forment « trois quarts des projets » qui concernent Lyon et les communes alentour, a-t-il redit dimanche au Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos.

« Je pense qu’on aura l’occasion de se voir avant l’été »

Gérard Collomb, qui cumulait les deux fonctions avant de partir au gouvernement, avait installé dans le fauteuil de président de la métropole en 2017 David Kimelfeld, déterminé désormais à conserver le poste. La situation est en train de créer une guerre fratricide, qui pourrait se révéler fatale à LREM dans la région.

« C’est Emmanuel Macron qui choisira pour l’ensemble des grandes villes et pour Lyon », a assuré Gérard Collomb. Comme on lui faisait remarquer que c’était plutôt au comité d’investiture de trancher, il a répondu : « Oui, il y aura un comité, mais je connais un peu le président, ce n’est pas quelqu’un d’étranger aux problèmes de circonscriptions et de villes ».

« J’aurai une discussion avec Emmanuel Macron sur le problème de Lyon », a-t-il déclaré et d’ajouter peu après : «Nous aurons une discussion directe ». A la question « l’écouterez-vous ? » quelle que soit sa position, Gérard Collomb a répondu : « J’écouterai ses arguments en tout cas. »

L’ancien ministre a assuré : « On s’est entretenus par SMS donc je pense qu’on aura l’occasion de se voir avant l’été », de telle sorte que « tout se passe dans la bienveillance comme on dit à En Marche ».

Le 17 juin, Brigitte Macron avait dîné à Lyon avec Gérard Collomb, où elle se trouvait dans le cadre de ses activités de première dame. Interrogé sur le signe de soutien que pourrait représenter cette rencontre, Gérard Collomb a répondu : « Je ne le dis pas comme ça, je ne fais pas parler les autres. »