Jean-Claude Gaudin en 2017 dans son bureau de maire de Marseille
Jean-Claude Gaudin en 2017 dans son bureau de maire de Marseille — BORIS HORVAT / AFP

MUNICIPALES 2020

Municipales à Marseille: Après Vassal, Jean-Claude Gaudin veut lui aussi une alliance avec LREM

Le maire sortant Les Républicains de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a annoncé vouloir une alliance avec La République en Marche pour les municipales de 2020

  • Le maire sortant de Marseille Jean-Claude Gaudin (LR) plaide pour une alliance avec La République en Marche pour les élections municipales.
  • Martine Vassal (LR), pas encore déclarée, souhaite également une alliance avec LREM.
  • Les militants LREM refusent quant à eux toute alliance avec l’équipe municipale sortante.

Les petites tractations. Le maire Les Républicains de Marseille  Jean-Claude Gaudin, qui ne se représente pas, a joint sa voix mercredi à ceux qui plaident pour une alliance de la droite avec La République en Marche, en vue des  municipales dans la cité phocéenne.

Dans « la deuxième ville de France, aucun parti tout seul ne peut gagner les élections. Par conséquent, il faut un rassemblement et les Marcheurs apprendront à le faire », a déclaré la figure tutélaire de la droite marseillaise sur France Bleu Provence.

Le RN en tête aux élections européennes

L’idée d’une union de la droite et de la majorité présidentielle a circulé à plusieurs reprises à Marseille depuis les Européennes, où le RN est arrivé largement en tête (26,3 %), devant LREM (20,6 %), EELV (13,7 %) et LR (8,3 %). Elle a été relancée par un déjeuner entre Brigitte Macron, Jean-Claude Gaudin et la présidente LR de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône Martine Vassal, la semaine dernière à Marseille.

Martine Vassal, qui multiplie les déclarations d’intention pour les municipales sans avoir fait acte officiel de candidature, s’est ouvertement prononcée pour un tel rapprochement. Et Jean-Claude Gaudin a dit mercredi la « suivre et la soutenir » dans sa volonté de rassemblement.

Les militants LREM ne veulent pas d’alliance

Du côté du parti présidentiel, Marseille, fief historique de la droite, est un cas épineux, qui doit être tranché en haut lieu. Au niveau local, les militants s’inquiètent toutefois des velléités d’alliance avec la droite, au premier tour en tout cas. Leurs représentants ont rejeté à l’unanimité cette hypothèse par un vote lundi, plaidant pour « une liste centrale du centre droit au centre gauche, très ouverte à la société civile ».

Un seul candidat à la candidature chez LREM est déjà déclaré, le député Saïd Ahamada, excluant toute alliance à droite. Mais deux universitaires proches du parti seraient également intéressés.

Chez LR, Martine Vassal, si elle fait acte de candidature, devra composer avec celle déjà déclarée du sénateur et patron départemental du parti Bruno Gilles. L’extrême droite a déjà un candidat sur les rangs, le sénateur Stéphane Ravier. Côté gauche, plusieurs partis, de LFI à EELV, ont appelé chacun de leur côté à se rassembler autour de mouvements citoyens.