PMA pour toutes: Stanislas Guérini annonce la liberté de vote mais va convoquer Agnès Thill pour ses propos

MAMANS La députée de l’Oise est connue pour ses propos anti-PMA voire lesbophobes, sur Twitter notamment

R.G.-V. avec AFP

— 

Agnès Thill est députée LREM de l'Oise depuis juin 2017.
Agnès Thill est députée LREM de l'Oise depuis juin 2017. — Jacques Witt/SIPA

Le délégué général de LREM Stanislas Guerini a promis vendredi une « liberté de vote » des parlementaires de son parti sur l’ouverture de la PMA aux lesbiennes et aux femmes seules, au moment où une de ses farouches opposantes, la « marcheuse » Agnès Thill, annonçait sa convocation le 25 juin. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mercredi que le projet de loi sur la bioéthique, qui comprend cette mesure sur la procréation médicalement assistée pour toutes, serait examiné fin septembre à l’Assemblée.

« Il ne doit pas y avoir de police de la pensée sur ces sujets-là », a dit Stanislas Guérini, en rappelant qu’au moment du vote sur le mariage pour tous certains députés de la majorité s’étaient alors abstenus, ce qui n’est « pas grave ». « Il faut que chacun puisse avoir en sa conscience le vote qu’il souhaite, mais je n’ai pas de doute que la majorité de La République en marche, du Modem, de la majorité, votera ce texte qui est une promesse de campagne » d’Emmanuel Macron, a-t-il ajouté.

Le cas Thill est « une question très différente »

Sa nouvelle saisine de la commission des conflits sur le cas d’Agnès Thill est « une question très différente », a-t-il poursuivi : « Je n’ai jamais jeté la pierre à Agnès Thill car elle a une opinion différente de la mienne sur la question de la PMA », mais il faut « un dialogue apaisé sur cette question de société », a-t-il dit. « Il ne me semble pas illégitime de prononcer son exclusion », a ajouté Stanislas Guerini, car « de façon répétée elle a tenu des propos qui mettaient de l’huile sur le feu et qui ne sont pas conformes à nos valeurs ».

Agnès Thill avait été entendue une première fois en février par cette commission pour des déclarations contre la PMA mais elle n’avait reçu qu’une simple « mise en garde » après s’être engagée « à faire attention à ses propos ». En avril toutefois, reprenant un article du journal Têtu qui faisait part du « coming out médiatique » du secrétaire d’Etat Gabriel Attal sur son homosexualité, elle tweetait : « Au moins la couleur est annoncée. #bioéthique en juin ». La députée s’est plusieurs fois fait remarquer pour des propos notamment lesbophobes.