Redécoupage des circonscriptions: «pas de signification politique»

POLITIQUE C'est ce qu'a déclaré Alain Marleix, chargé du dossier au gouvernement...

avec agence

— 

L'Assemblée nationale a adopté mercredi en fin de journée le projet de loi controversé qui impose l'accueil à l'école des enfants de maternelle et de primaire, en cas de grève ou d'absence "imprévisible" d'un professeur qui n'aurait pu être remplacé.
L'Assemblée nationale a adopté mercredi en fin de journée le projet de loi controversé qui impose l'accueil à l'école des enfants de maternelle et de primaire, en cas de grève ou d'absence "imprévisible" d'un professeur qui n'aurait pu être remplacé. — Thomas Coex AFP/Archives

«Pas de signification politique»: c'est ce qu'a déclaré le secrétaire d'Etat Alain Marleix à la sortie du Conseil des ministres, où le projet de redécoupage électoral a été adopté. Une vingtaine de départements devraient être concernés, soit qu'ils perdent ou gagnent des circonscriptions. «On va créer des circonscriptions nouvelles dans des départements qui ne nous sont traditionnellement pas du tout favorables, comme la Haute-Garonne ou l'Hérault. Dans le nord, ça va s'équilibrer, on va supprimer des circonscriptions qui ont pu être de gauche ou de droite», s'est justifié Alain Marleix.

Il a détaillé une partie du dispositif de redécoupage.  Le Nord et le Pas-de-Calais perdront probablement deux circonscription, la  Marne, la Somme, et la Seine-Maritime, une. L'outre-mer pourrait avoir «trois ou quatre sièges supplémentaires». La Réunion pourrait «peut-être» hériter de deux sièges supplémentaires, et Mayotte d'un nouveau siège de député. La Polynésie pourrait elle aussi se voir attribuer un siège, en attendant la «confirmation» de sa population par l'Insee.

Les dirigeants des partis reçus

Le nombre total de députés restera inchangé (577), puisqu'il a été inclu dans la Constitution , à la suite de la réforme des institutions. Au moins 45 départements ne seront pas touchés. Une moitié des autres devraient voir modifier leur nombre de députés, l'autre moitié remodeler leurs circonscriptions.

Le projet de découpage électoral fait partie d'«un paquet législatif global». Au programme, la création de onze postes de députés des Français de l'étranger, traditionnellement favorables à la droite, et le retour au Parlement des ministres élus après leur passage au gouvernement. Une disposition qui devrait concerner les ministres remerciés lors du prochain remaniement gouvernemental.

Les détails du redécoupage devraient être annoncés fin janvier, sur la base des résultats du dernier recensement de l'Insee, connus fin 2008.