Les Républicains: Valérie Pécresse annonce qu'elle quitte le parti

DEPART Dimanche, Laurent Wauquiez avait annoncé sur TF1 sa démission de la présidence du parti

Manon Aublanc avec AFP

— 

La présidente de région Ile-de-France, Valérie Pécresse (LR).
La présidente de région Ile-de-France, Valérie Pécresse (LR). — SIPA

Dix jours après la débâcle historique des Républicains aux élections européennes (8,48 %), Valérie Pécresse a annoncé son départ du parti, ce mercredi soir au 20 heures de France 2.

« J’ai décidé en femme libre de quitter Les Républicains », a déclaré la présidente de la région Ile-de-France. « J’ai acquis la conviction que la refondation de la droite ne pourra pas se faire à l’intérieur, et qu’elle doit se faire à l’extérieur du parti », a-t-elle expliqué, estimant que « le parti est cadenassé de l’intérieur, dans son organisation mais aussi dans ses idées ».

« Ça fait trois ans que je plaide pour un changement de ligne et un changement de stratégie, j’ai plaidé pour l’élargissement de la droite : on a eu le rétrécissement », a-t-elle fait valoir, en avançant qu’elle avait également « plaidé pour la clarification vis-à-vis de tous ceux qui, aux Républicains, sussurrent qu’on ferait bien d’aller faire une alliance avec l’extrême droite », selon elle, en vain.

« C’est un déchirement pour moi de quitter le parti »

« J’ai été de tous les combats depuis la défaite de 2012, mais aujourd’hui je pense qu’il faut un électrochoc, qu’il faut tout rénover du sol au plafond », a expliqué l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur.

« J’ai prévenu deux personnes. Nicolas Sarkozy et Gérard Larcher [le président du Sénat]. C’est un déchirement pour moi de quitter le parti de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ». Dimanche, Laurent Wauquiez avait annoncé sur TF1 sa démission de la présidence du parti, une semaine après le scrutin européen.

« Libres ! »

Valérie Pécresse n’est pas la seule à claquer la porte du parti ce soir. Le député Robin Reda a également annoncé son départ des Républicains et son intention de rejoindre le mouvement, Libres !, créé en septembre 2017 par la présidente de la région Ile-de-France.

Deux de ses proches, Florence Portelli et Maël de Calan, ont également annoncé à l’AFP leur départ de LR.

Décision incompréhensible

Mais pour d’autres cadres du parti, cette décision est regrettable voire « totalement incompréhensible », juge le patron des députés LR, Christian Jacob. « Après la démission de Laurent Wauquiez, après la réunion autour de Gérard Larcher et la volonté unanime de reconstruire notre famille politique, la décision de Valérie Pécresse apparaît comme totalement incompréhensible, dans son calendrier, son fondement et dans la formule », a déclaré à l’AFP Christian Jacob.

Dans un entretien au Parisien, Jean Leonetti, président intérimaire de LR, estime de son côté que « Valérie Pécresse ne représente pas l’ensemble de la droite ». De son côté, le député du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle se dit « très déçu de la décision » de la présidente de la région Ile-de-France « car c’est maintenant que commence la rénovation de la droite et du centre à partir du mouvement ». « Ce n’est pas en créant autant de partis qu’il y a de présidentiables que la droite reviendra un jour au pouvoir », a plaidé le trésorier des Républicains.

Un sentiment partagé par le député LR Eric Ciotti : « Dans les moments difficiles on ne quitte pas le navire », a-t-il tweeté.