Marseille: La ville rejette la pétition «incomplète» contre le partenariat public/privé des écoles

POLITIQUE L’opposition avait lancé une pétition contre le PPP des écoles qui, si elle recueillait la signature de 10.000 électeurs marseillais, devait être examinée au prochain conseil municipal

Mathilde Ceilles

— 

Une école de Marseille
Une école de Marseille — BERTRAND LANGLOIS AFP

Le texte ne sera pas à l’ordre du jour du prochain conseil municipal de Marseille, le 17 juin. Dans un communiqué de presse, la ville de Marseille indique que la pétition lancée par l’opposition contre les PPP ne respecte pas les conditions requises pour s’inviter aux débats du 17 juin prochain.

Il est en effet possible qu’une pétition qui dépasse la barre des 10.000 signatures d’électeurs marseillais soit examinée au conseil municipal. Le texte, lancé par le socialiste Benoît Payan et le communiste Jean-Marc Coppola contre le projet de construction d’écoles via un partenariat public/privé, revendiquait 12.547 signatures en ligne et 2.814 sur le papier.

Or, selon le communiqué de la mairie, concernant la pétition en ligne, « certaines lignes sont vides ou en double », et parmi ces signataires, « seuls 4.600 précisent habiter Marseille ». La ville affirme qu'« il est impossible de vérifier la qualité d’électeur marseillais de ces 4.600 personnes ».

Toujours selon ce communiqué, la pétition « présente des données incomplètes et ne pouvant être vérifiées avec le fichier des listes électorales ». Sur les réseaux sociaux, Jean-Marc Coppola a dénoncé des « arguments de mauvaise foi », tandis que Benoît Payan a déploré « une fuite en avant ». « Nous demandons officiellement l'inscription à l'ordre du jour de la délibération soutenue 15.361 fois », indiquent-ils dans un communiqué de presse.