La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 29 avril 2019, deux semaines après l'incendie qui a ravagé une partie de la toiture.
La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 29 avril 2019, deux semaines après l'incendie qui a ravagé une partie de la toiture. — Ludovic MARIN / AFP

INTERVIEW

VIDEO. Incendie à Notre-Dame-de-Paris: « L'ensemble des dons servira à la reconstruction de la cathédrale», affirme la députée LREM Cathy Racon-Bouzon

Ce vendredi, les députés examinent le projet de loi sur la reconstruction de Notre-Dame. La députée marseillaise Cathy-Racon Bouzon est responsable de ce texte pour LREM

  • Ce vendredi, les députés examinent le projet de loi sur la reconstruction de Notre-Dame.
  • La députée marseillaise Cathy Racon-Bouzon est responsable de ce texte pour LREM.
  • Elle assure que l’ensemble des dons pour Notre-Dame ne servira qu’à la reconstruction de la cathédrale.

Le texte comporte neuf articles, pour un chantier qui s’annonce colossal. Ce vendredi, les députés examinent le projet de loi pour la reconstruction de Notre-Dame-de-Paris​, trois semaines après l’important incendie qu’a connu la cathédrale. Déduction fiscale pour les dons, établissement public pour piloter les travaux, assouplissement de règles d’urbanisme pour aller plus vite… Le texte est loin de faire l’unanimité. Responsable de ce projet de loi pour le groupe LREM, la députée marseillaise Cathy Racon-Bouzon revient pour 20 Minutes sur les questions qui se posent sur cette reconstruction.

Les promesses de dons sont extraordinaires, et certains réclament que soit inscrite dans la loi l’utilisation qui sera faite de cet argent si les sommes excèdent les besoins pour Notre-Dame…

Ce débat est pour moi prématuré. Déjà, la mobilisation inédite n’est qu’à ce stade des promesses de dons. L’enjeu est de sécuriser ces dons. D’autre part, le diagnostic débute à peine. Personne est capable aujourd’hui de chiffrer le coût des travaux. Mais, à en croire plusieurs experts interrogés, si les promesses de dons se concrétisent, on ne devrait pas manquer. D’autant que le texte de loi prévoit que cet argent soit également dédié à la formation à certains métiers nécessaires à la reconstruction, qui demande un grand savoir-faire, moins transmis ces dernières années. On fait face à une pénurie de certains corps de métiers et on doit développer ces compétences dès maintenant.

Les dons seront-ils donc exclusivement dédiés à la reconstruction de Notre-Dame ?

Les gens qui donnent le font pour une cause bien précise, et la loi prévoit que la volonté des donateurs doit être respectée. Le cadre est donné, l’ensemble de la somme allouée lors de la collecte servira à la restauration de Notre-Dame. S’il y a excédent, il faudrait que les donateurs soient interrogés, consultés, afin de respecter leur volonté.

L’article 9, qui instaure, par ordonnance, un régime dérogatoire aux règles de l’urbanisme et de protection de l’environnement pour accélérer les travaux, crée l’inquiétude…

Avec cet article, on a ouvert la boîte à fantasmes. Il a été rédigé volontairement de manière extrêmement large, car on ne sait pas encore sur quoi on a besoin de légiférer. Mais, même pour nous, députés LREM, ce n’est pas acceptable de donner un chèque en blanc au gouvernement. Oralement, il nous a été assuré qu’il n’était pas prévu de déroger aux principes fondamentaux de conservation du patrimoine, et l’article va être réécrit avant l’examen du texte ce vendredi.

Il n’est pas question de jeter des gravats dans la Seine, ou de faire une entorse au code du patrimoine. Il s’agit plutôt d’avoir un allégement des normes aux abords du monument, de déroger par exemple sur le sens de circulation pour instaurer la base du chantier… Je comprends l’inquiétude, mais il n’y a pas cette volonté de faire tout et n’importe quoi.

Pourquoi cette loi qui porte sur la reconstruction de Notre-Dame n’évoque-t-elle pas plus précisément les travaux, et notamment le type de rénovation à entreprendre ?

Il faut savoir que les travaux ont déjà commencé. Nous en sommes à la phase de conservation, des travaux curatifs sont en cours. J’ai vu que des amendements au projet de loi vont être déposés par certains députés pour une reconstruction à l’identique de la cathédrale. Que veut dire identique ? On ne sait pas si c’est réaliste… De toute façon, ce n’est pas à nous, députés, d’avoir ce débat, mais aux experts. Cela ne relève pas de l’ordre de la loi. Le texte ne s’exprime pas sur les choix architecturaux, mais fixe le cadre des responsabilités de l’Etat dans cette reconstruction. Une consultation des citoyens sur cette question a été de plus annoncée par le gouvernement.