Emmanuel Macron et le n°3 de la liste LR aux européennes ont-ils déjeuné avec un «ancien chef terroriste albanais»?

FAKE OFF Un post Facebook accuse Arnaud Danjean, numéro trois de la liste Les Républicains (LR) aux élections européennes, d'avoir déjeuné avec Emmanuel Macron et un ancien chef terroriste

Alexis Orsini

— 

Arnaud Danjean, le 16 mars 2019 à Lyon.
Arnaud Danjean, le 16 mars 2019 à Lyon. — KONRAD K./SIPA
  • Sur Facebook, une photo virale montre Arnaud Danjean, candidat haut placé de la liste Les Républicains (LR) aux élections européennes, aux côtés d'Emmanuel Macron et de six autres hommes.
  • On y distingue aussi Hashim Thaçi, président du Kosovo, qui est ici présenté comme un « ancien chef terroriste albanais ».
  • Si l'ex-leader de l'Armée de libération du Kosovo fait bien l'objet d'accusations de la part du Conseil de l'Europe, Arnaud Danjean estime qu'il n'y a pas «matière à polémique» tout en confirmant sa présence à ce petit-déjeuner de mars 2018.

Arnaud Danjean, membre haut placé de la liste Les Républicains (LR) aux élections européennes a-t-il été au coeur d’une rencontre compromettante pour la tête de liste du parti, François-Xavier Bellamy ? C’est ce que laisse penser une photo Facebook qui rencontre un succès important depuis sa publication, le 6 mai.

« Arnaud Danjean, numéro 3 de la liste Les Républicains en train de déjeuner avec Emmanuel Macron et Hashim Thaçi, ancien chef terroriste albanais qui est aussi "le plus dangereux des parrains de la pègre de l’UCK" d’après un rapport du Conseil de l’Europe », affirme ainsi la légende du cliché, reprenant mot pour mot celle d’un post publié le 27 mars dernier par le député européen Jean-François Jalkh, membre du Rassemblement national (RN).

On distingue bien, parmi les huit hommes présents autour de cette table, Emmanuel Macron, Arnaud Danjean et Hashim Thaçi, l’actuel président du Kosovo et ancien leader de l’Armée de libération du Kosovo (UCK), accusée par le Conseil de l’Europe d’avoir organisé un trafic d’organes à la fin des années 1990.

FAKE OFF

La photo a été prise le 14 mars 2018, comme le rapportait à l’époque le site de l’ambassade de France au Kosovo, photos à l’appui : « A l’occasion de sa visite à Paris, le Président de la République du Kosovo, M. Hashim Thaçi, a rencontré le Président de la République française Emmanuel Macron. […] Cette réunion fut l’occasion d’échanger sur le développement de la relation bilatérale. »

Contacté par 20 Minutes, Arnaud Danjean confirme sa présence à cette occasion : « J’ai été invité deux fois à l’Elysée en 2018, pour un petit-déjeuner en mars avec le président du Kosovo et pour un déjeuner en juillet 2018 avec le président de la Serbie [Aleksandar Vucic]. »

« J’étais convié parce que je connais la plupart des dirigeants des Balkans pour avoir travaillé pendant près de dix ans [sur cette zone], d’abord à la DGSE entre 1995 et 2004, puis au ministère des Affaires étrangères », explique le candidat de la liste LR, en rappelant qu’il avait déjà été invité à l’Elysée par Nicolas Sarkozy pour les venues des précédents présidents du Kosovo comme de la Serbie.

Pas « matière à polémique »

Il estime en outre qu’il n’y a pas « matière à polémique » sur sa rencontre avec Hashim Thaçi, malgré la publication, en 2010, d’un rapport du Conseil de l’Europe accusant les leaders de l’UCK – dont Hashim Thaçi faisait partie – d’avoir mis en place un trafic d’organes sur des prisonniers serbes. « Thaçi était habituellement défini et désigné dans les rapports des services secrets comme le plus dangereux des « parrains de la pègre » de l’UÇK », affirmait notamment ce document.

Hashim Thaçi, qui était encore Premier ministre du Kosovo à la parution du rapport, avait vivement démenti son contenu, affirmant notamment qu’il visait à nuire à la réputation du pays.

S’il est bien conscient des accusations pesant contre le président du Kosovo, Arnaud Danjean explique : « Je connais très peu de dirigeants des Balkans qui n’ont pas un passé controversé compte tenu de leur histoire récente. Cette rumeur et ces accusations circulent depuis longtemps, mais il n’y a eu aucun jugement : si quelque chose doit lui être reproché, la justice le fera. »

« Il n’était pas prévu qu’Emmanuel Macron passe ce jour-là »

L’hebdomadaire Valeurs actuelles avait souligné à l’époque que l’Elysée s’était gardé de mentionner ce rendez-vous sur l’agenda du président de la République, sous-entendant que cette rencontre était organisée discrètement en raison des accusations visant le président du Kosovo. Hashim Taçi s’était quant à lui fendu d’un tweet pour se féliciter de cette entrevue. Contacté par 20 Minutes, l’Elysée n’a pas été en mesure de répondre à nos multiples sollicitations avant publication de l’article.

« Il n’y avait aucune circonstance secrète, il n’était tout simplement pas prévu qu’Emmanuel Macron passe ce jour-là », explique pour sa part Arnaud Danjean.

« J’avais été convié par son conseiller diplomatique, à l’origine de ce petit-déjeuner d’échange bilatéral, pour ma connaissance des Balkans, et Emmanuel Macron est passé cinq minutes. J’y suis moi-même resté un quart d’heure avant de partir à Strasbourg », conclut le député européen, qui apparaissait en outre (de dos et le visage masqué par un intervenant) sur certains clichés partagés par le président du Kosovo.