Européennes 2019: Philippot a proposé une liste commune à Asselineau moyennant 300.000 euros

NO DEAL Pour le leader des Patriotes, cette alliance avec l’UPR « aurait pu donner de la force au Frexit »

20 Minutes avec AFP

— 

Florian Philippot le 31 mars 2019 à Paris.
Florian Philippot le 31 mars 2019 à Paris. — : ISA HARSIN/SIPA

Florian Philippot, tête de liste des Patriotes aux élections européennes et partisan du Frexit, a confirmé lundi à l’AFP avoir proposé à François Asselineau, autre défenseur d’une sortie de la France de l’UE, de faire liste commune moyennant une contribution de 300.000 euros.

L’ancien bras droit de Marine Le Pen a en revanche démenti une autre information du journal L'Opinion selon laquelle il aurait fait une proposition similaire au parti souverainiste Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan, ce qu’affirme pourtant ce dernier.

Unis pour le Frexit

François Asselineau, président de l’UPR (Union populaire républicaine) et également tête de liste aux Européennes, a rapporté que Florian Philippot « avait demandé la 3e place en nous donnant 300.000 euros » mais que son bureau national avait voté « à 100 % » contre.

Interrogé lundi par l’AFP, Florian Philippot a confirmé avoir proposé cette liste commune, ce qui « aurait pu donner de la force au Frexit ». Selon lui, « il s’agissait de faire une liste 50 % UPR et 50 % Patriotes. Chaque parti apportait une contribution financière, nous avions proposé de notre côté 300.000 euros ». Il a ajouté qu’il aurait été « prêt à accepter » la 3e place « pour la cause alors même que nous sommes systématiquement devant eux dans les sondages ». Les Patriotes sont crédités d’environ 1 à 2 % d’intentions de vote, l’UPR d’environ 1 %.

Pas d’accord avec Debout la France

Le candidat des Patriotes a affirmé en revanche qu’il était « faux » que le représentant des Patriotes, Bertrand Dutheil de la Rochère, ait fait une proposition similaire à Debout la France, moyennant cette fois 400.000 euros, comme le rapporte L’Opinion.

Bertrand Dutheil de la Rochère a confirmé à l’AFP avoir parlé à Jean-Philippe Tanguy, numéro 3 sur la liste de DLF mais « qu’à partir du moment où DLF ne veut pas du Frexit, on ne peut pas faire d’accord ». Chez DLF, on confirme que le représentant des Patriotes a bien approché un de leurs représentants en « évoquant la possibilité d’être 3e sur la liste en échange d’une somme de 400.000 euros » mais qu’il y avait « une différence majeure sur le Frexit ».

Les candidats aux élections européennes doivent recueillir 3 % des voix pour être remboursés de leurs frais de campagne, et 5 % pour obtenir au moins un élu.