Elections européennes: Yannick Jadot (EELV) compare la liste LREM à un pot de yaourt «vert» aux arômes «artificiels»

CLIMAT Jadot fustige le modèle libéral technocratique, destructeur de la planète, qui « est le marchepied de toutes les extrêmes droites en Europe »

20 Minutes avec AFP

— 

L'écologiste Yannick Jadot, le 11 avril 2019 à Paris.
L'écologiste Yannick Jadot, le 11 avril 2019 à Paris. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Yannick Jadot, tête de liste Europe Ecologie-Les Verts (EELV) aux européennes, a accusé lundi la liste LREM de « greenwashing », tel un « pot de yaourt » se voulant « vert » mais dont les arômes seraient « artificiels », et de défendre au contraire un « modèle libéral technocratique », « marchepied » de l’extrême droite.

Il a critiqué sur franceinfo « une tête de liste [celle de Nathalie Loiseau] qui au débat sur France 2 met le piment d’Espelette protégé par une AOC et puis de l’autre main signe tous les accords de libre-échange qui participent de la destruction des paysans au nord comme au sud, de la mondialisation de la malbouffe, de la souffrance animale, de l’emballement climatique ».

« Mon seul adversaire, c’est le dérèglement climatique »

« Cette liste En marche, si je pouvais prendre une image, c’est comme un pot de yaourt : vous l’achetez, il est un peu vert, c’est marqué dessus "Aime la vie, protège votre organisme", et quand vous regardez sa composition, c’est du lait issu des fermes usines, où les animaux sont super maltraités, nourris au soja OGM, ça fait des milliers de kilomètres et vous vous apercevez que tous les arômes sont artificiels. Ça, c’est pas l’écologie. C’est du greenwashing », a-t-il lancé. Une référence à cette méthode de marketing consistant à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique.

Interrogé pour savoir si Nathalie Loiseau et LREM étaient ses uniques rivaux dans cette campagne, il a répondu que son « seul adversaire c’est le dérèglement climatique, l’anéantissement de la biodiversité, et un modèle que porte Nathalie Loiseau, que porte En marche, que porte le président de la République, un modèle libéral technocratique, destructeur de la planète, qui organise la compétition de tous contre tous » et qui « est le marchepied de toutes les extrêmes droites en Europe ».

« Mon sujet, c’est pas que, quand ce gouvernement favorise la chasse à la glu, qui est une des chasses les plus dégueulasses qu’on puisse faire, elle soit bio ; mon problème c’est d’interdire cette chasse », a-t-il ajouté, alors qu’on lui faisait remarquer la présence sur la liste LREM en deuxième position de Pascal Canfin, ex-patron du WWF France.