Européennes: Daniel Cohn-Bendit appelle à voter pour la liste LREM

SANS SURPRISE Avec l’ancien eurodéputé écolo Jean-Paul Besset, il signe une tribune contre celles et ceux qui croient au « Grand Soir vert »

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Jean-Paul Besset et Daniel Cohn-Bendit, symboles de la vague verte des européennes de 2009 en France. (archives)
Jean-Paul Besset et Daniel Cohn-Bendit, symboles de la vague verte des européennes de 2009 en France. (archives) — BERTRAND GUAY / AFP

Les anciens eurodéputés écologistes Daniel Cohn-Bendit et Jean-Paul Besset ont appelé dimanche à « un pôle qui rassemble toutes les parties prenantes de l’impératif écologique » au sein du prochain Parlement européen, en soutenant la liste LREM, dans une tribune parue dans Le Journal du Dimanche.

Les deux anciens élus d’Europe écologie-Les Verts appellent à « une majorité d’idées et de projets à l’échelle du continent pour une société écologique européenne ». Daniel Cohn-Bendit a siégé au Parlement européen de 1994 à 2014, aux côtés de Jean-Paul Besset, élu à Strasbourg jusqu’en 2014 grâce à la vague verte des Européennes de 2009.

« Chiche ! »

« Désormais tout le monde est écologiste. Chiche ! C’est donc aux écologistes de partout, qu’ils soient historiques ou plus récents, pur jus ou métissés, traversés de doutes et d’incertitudes, divers comme la nature, affiliés ou non, de faire preuve de maturité en se montrant à la hauteur de l’époque et de son colossal moment », écrivent les deux ex-parlementaires dans Le Journal du Dimanche.

Dans leur tribune, ils dénoncent ceux qui « (entretiennent) l’illusion d’un Grand Soir vert, socialiste ou insoumis, où l’avant-garde des courageux sera enfin rejointe par le peuple, où le canal historique triomphera avec la force de ses petits bras », dans une « posture » qu’ils considèrent être « du Tout ou Rien, dans une frénésie de vindicte permanente contre les mécréants, en espérant médiocrement un hypothétique retour sur investissement ».

Au contraire, ils affirment « (faire le choix) aux élections européennes de la liste Renaissance de Nathalie Loiseau et Pascal Canfin, qui place la transition écologique au cœur de son identité ». Les deux anciens eurodéputés appellent encore à « bâtir un arc de convergences » et « faire de l’enjeu écologique un axe central qui rassemble autour de lui la diversité des approches et des expériences, en abandonnant le confort des certitudes doctrinaires qui prétendent avoir toujours raison contre tout le monde ».