«Gilets jaunes»: Un député LREM traite Jérôme Rodrigues de «débile profond» après ses propos sur le «malheureux incendie» de Notre-Dame

CLASH Le député LREM Jacques Marilossian a réagi ce samedi matin en direct sur BFMTV aux propos du leader des « gilets jaunes » en marge de l’acte 23 du mouvement

C.P.

— 

Eric Drouet et Jérôme Rodrigues, figures du mouvement des "gilets jaunes"
Eric Drouet et Jérôme Rodrigues, figures du mouvement des "gilets jaunes" — BERTRAND GUAY / AFP

Coup de sang ce samedi matin sur le plateau de BFMTV. Alors que le journaliste lui demandait de réagir aux propos tenus un peu plus tôt dans la matinée par le médiatique « gilet jaune » Jérôme Rodrigues, le député LREM Jacques Marilossian n’a pas mâché ses mots.

« C’est d’une grande débilité tout ce que je viens d’entendre. Avant, vous aviez le débile qui racontait ses débilités au café du coin et à 10 heures du soir le patron du café lui disait "rentre chez toi ta femme t’attend". Là, le débile du coin, il tape ça sur Internet et ça fait le tour du monde », a-t-il lancé.

«Un malheureux incendie dans une cathédrale»

La raison de sa colère : l’argument du « gilet jaune » selon lequel le gouvernement aurait volontairement dramatisé l’incendie de Notre-Dame de Paris pour gagner du temps dans la réponse apportée à la colère des manifestants. « [Emmanuel Macron] ne fait pas attention à nous, stratégiquement il devait l’annoncer [ses mesures] en début de semaine, il ne l’a pas fait à cause d’un malheureux incendie dans une cathédrale. Je trouve ça regrettable. Le monde a l’air d’arrêter de tourner quand il y a incendie en France. Je pense surtout que c’était une stratégie gouvernementale pour aller balader un petit peu d’info soi-disant par des fuites et retravailler son discours par-derrière pour toujours mieux nous vendre son programme électoral, chose qu’on ne veut plus aujourd’hui et qu’on vient dénoncer justement pendant la manifestation », avait lancé plus tôt Jérôme Rodrigues ce samedi matin, en marge des manifestations parisiennes de l’acte 23 du mouvement.

«On est dans quel monde ?»

Une analyse « débile », donc, pour Jacques Marilossian. « En prononçant ce mot vous incarnez la fracture dans notre pays... » tente alors de modérer le journaliste de BFMTV. Mais l’élu de la majorité poursuit : « Oui, mais j’attends celui qui va nous expliquer que l’incendie de Notre-Dame – qui n’est pas un simple malheureux incendie dans une quelconque église – est un complot ourdi par le Président de la République pour faire durer le plaisir des "gilets jaunes". On est où ? On est dans quel monde ? Je m’inquiète de l’évolution de la démocratie ».

« On vous laisse maître des mots que vous avez employés au sujet de Jérôme Rodrigues… », tente à nouveau le journaliste. Mais Jacques Marilossian persiste est signe : « Je dis le mot « débile profond ». 

Cette insulte n'a pas manqué de faire réagir au sein de l'opposition : «Le mépris de classe est toujours là», a tweeté la sénatrice EELV de Paris Esther Benbassa.

L’apaisement n’est pas pour demain.