Lapidation des homosexuels: Un député demande le retrait de la Légion d’honneur au sultan du Brunei

DROITS La peine de mort est appliquée depuis le début du mois d’avril contre les gays

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Raphaël Gérard, député depuis juin 2017, est l'un des rares membres de l'Assemblée nationale ouvertement gays.
Raphaël Gérard, député depuis juin 2017, est l'un des rares membres de l'Assemblée nationale ouvertement gays. — XAVIER LEOTY / AFP

Le tollé est mondial depuis que le sultanat du Brunei, en Asie, a décidé de rendre l’homosexualité passible de la peine de mort, par lapidation. Les prises de parole pour appeler à des sanctions et au boycott du petit pays d’Asie du Sud-Est se multiplient. Et en France aussi.

Le député La République en marche de la Charente-Maritime, Raphaël Gérard, demande à ce que soit retirée la grand-croix de la Légion d’honneur qui a été remise par la France au sultan du Brunei. Il a adressé une question en ce sens à la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa.

Engagé sur les questions LGBTI

Ce député, élu en 2017, est vice-président du groupe d’amitié France-Brunei à l’Assemblée nationale. Il est aussi l’un des quelques députés ouvertement gay. Raphaël Gérard s’est largement engagé depuis le début de son mandat dans la lutte contre les discriminations envers les personnes LGBTI.

Depuis le début du mois, Brunei, petit Etat musulman situé sur l’île de Bornéo, a décidé d’une application « stricte » de la charia, la loi islamique, concernant les personnes LGBTI. Il a instauré la peine de mort par lapidation pour punir les gays et une condamnation à 40 coups de fouets pour les lesbiennes.