Nicolas Dupont-Aignan, illustration.
Nicolas Dupont-Aignan, illustration. — Tristan Reynaud/SIPA

REPONSE

Incendie à Notre-Dame: «Accident» ou «attentat», les Parisiens veulent savoir «ce qui s'est passé», réclame Nicolas Dupont-Aignan

«Les Français se posent la question (…) Il est important de leur donner la vérité», a estimé le président de Debout La France

« Accident » ou « attentat », moins de vingt-quatre heures après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, ce lundi soir, les Parisiens veulent savoir « ce qui s’est passé », a estimé, Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, ce mardi.

Interrogé sur le parvis de la cathédrale, Nicolas Dupont-Aignan a évoqué « une tragédie​, une immense émotion et l’immense espoir de reconstruire », ajoutant avoir été « impressionné par la colère de beaucoup de Parisiens qui ne comprennent pas comment c’est arrivé ». « Je crois qu’après l’émotion, il faut l’explication. Il faut savoir si c’est un accident ou si c’est un attentat », a-t-il déclaré.

« Le temps maintenant des responsabilités est important »

Alors qu’on lui faisait remarquer que ni la justice ni la classe politique n’ont évoqué l’hypothèse d’un attentat, le député de l’Essonne a expliqué qu’il « ne parl (ait) pas d’attentat ». « Les Parisiens qui sont massés sur les bords du pont m’ont tous dit : "vous qui avez la parole, demandez une enquête, qu’on sache ce qui s’est passé, est-ce un accident, et pourquoi un tel accident, comment tout cela peut brûler, ou est-ce que c’est plus grave ?" Les Français se posent la question (…) Il est important de leur donner la vérité », a-t-il estimé.

Il a en outre souhaité « que ce drame serve de leçon et qu’on n’en ait pas d’autre à Versailles, dans les cathédrales ». « Le temps maintenant des responsabilités est important, qu’on prenne toutes les mesures pour assurer la sécurité de nos bâtiments », a-t-il souhaité. « Pourquoi ne pas imaginer que les plus riches de France puissent être exonérés et contribuent à la reconstruction de ces monuments », a-t-il proposé.

Les campagnes pour les élections européennes suspendues

Les responsables des principaux partis politiques ont choisi, ce mardi, de faire une trêve après cet incendie qui a bouleversé leur agenda, comme celui du chef de l’Etat : La République en marche, Les Républicains et le Rassemblement national ont suspendu leurs campagnes respectives.

Nicolas Dupont-Aignan, qui a également suspendu la sienne, s’est par ailleurs « réjoui que le président de la République ait lancé (une) souscription » nationale pour financer les travaux de reconstruction de la cathédrale.