Le recrutement de l’épouse de Gilles Le Gendre (LREM) à la Française des jeux vivement critiqué

EMBAUCHEE Des politiques fustigent cette nomination juste avant l’adoption définitive de la loi Pacte qui prévoit la privatisation de la FDJ

20 Minutes avec AFP

— 

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2018.
Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2018. — Thomas SAMSON / AFP

Des élus se sont interrogés sur la nomination de Raphaële Rabatel, épouse du chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre, comme directrice de la communication de La Française des jeux, juste avant l’adoption définitive jeudi de la loi Pacte qui prévoit sa privatisation.

« Si cette information est exacte, c’est profondément choquant. Surtout venant d’une majorité donneuse de leçons comme jamais ! », a tweeté le député LR Daniel Fasquelle. « L’épouse du président du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, nommée directrice de la communication de la Française des jeux en voie de privatisation…. #benvoyons », avait aussi tweeté mercredi la sénatrice PS Marie-Pierre de la Gontrie.

Des fonctions similaires par le passé

Plusieurs élus RN, dont Louis Aliot ou Sébastien Chenu, ont aussi relayé l’information sur le réseau social. Raphaële Rabatel « a exercé des fonctions similaires » dans d’autres sociétés et « a été choisie pour ses compétences », a réagi l’entourage de Gilles Le Gendre auprès de l’AFP. « Une femme doit pouvoir poursuivre sa carrière professionnelle indépendamment de l’activité politique de son conjoint », a-t-on souligné de même source.

Raphaële Rabatel, 56 ans, « prendra ses fonctions à compter du mois de mai, en tant que directrice de la communication et du développement durable, membre du Comité de direction générale du groupe FDJ », précise un communiqué du groupe publié mardi, qui rappelle ses diverses expériences dans la communication institutionnelle et financière (Paribas, Caisses d’Epargne, JC Decaux…)

Un projet de privatisation contesté

Chez Gaz de France, également comme directrice de la communication, « elle a préparé et accompagné l’ouverture de capital en 2005, puis la privatisation et la fusion avec Suez (GDF Suez, aujourd’hui Engie), en 2007 », ajoute la FDJ. Depuis novembre 2018, Raphaële Rabatel était conseillère spéciale chargée de la communication du secrétariat d’Etat chargé des Personnes handicapées.

Le projet de loi Pacte de Bruno Le Maire, adopté définitivement jeudi par un ultime vote de l’Assemblée, prévoit le transfert au privé de la majorité du capital de la FDJ. Le capital est actuellement détenu à 72 % par l’Etat, celui-ci devant conserver « au minimum » 20 % des parts. Ce projet est contesté notamment par la gauche, tout comme celui de la privatisation d’Aéroports de Paris.