Manon Aubry se défend après des accusations de népotisme contre elle et Jean-Luc Mélenchon

ELECTIONS Des internautes ont noté la présence de proches de Jean-Luc Mélenchon et de Manon Aubry parmi les 79 candidats de la liste LFI aux européennes

L.Br.

— 

Manon Aubry, tête de liste de LFI aux européennes.
Manon Aubry, tête de liste de LFI aux européennes. — JC Tardivon/SIPA

La liste de la France insoumise (LFI) aux élections européennes visée par des accusations de népotisme. Selon Franceinfo, des internautes ont noté la présence de proches de Jean-Luc Mélenchon et de Manon Aubry, la tête de liste, parmi les 79 candidats. De nouvelles accusations qui agacent les deux leaders du parti.

A la huitième place, il y a le gendre de Jean-Luc Mélenchon. En 59e position, il y a la mère de Manon Aubry, Catherine Poggi Aubry. L’ex-compagne de Jean-Luc Mélenchon, Pascale Le Néouannic, est numéro 13. Benoît Schneckenburger, chargé de la sécurité du chef de file de LFI, est en 12e position.

Des militants de longue date

Agacée, Manon Aubry trouve ces accusations « injustes ». Interrogée par Franceinfo, elle a reconnu avoir demandé le retrait du nom de sa mère de la liste lorsqu’elle a pris connaissance de sa présence. Une demande rejetée par le comité électoral, composé à 60 % d’Insoumis tirés au sort, selon la radio.

Concernant les proches de Jean-Luc Mélenchon, elle insiste sur leur parcours de militants « engagés depuis longtemps ». « Ils ont fait leurs preuves sur le terrain », justifie-t-elle. Le leader du parti a, pour sa part, répondu aux critiques lors d’un discours vendredi à Nîmes. « Non, je n’ai placé personne et je ne placerai jamais personne, il n’y a de place dans nos rangs que pour les combattants. »