«Hypermédiatisation» de Macron, fiscalité et pétales de fleurs… On a suivi la restitution du grand débat

REPORTAGE Après deux mois de consultation, Edouard Philippe et les organisateurs du grand débat présentaient lundi matin les conclusions de la consultation nationale

Thibaut Le Gal

— 

Wargon, Philippe et Lecornu.
Wargon, Philippe et Lecornu. — Philippe LOPEZ / AFP
  • Le grand débat a pris fin après deux mois de consultation nationale.
  • Les organisateurs et le gouvernement se sont félicités de la réussite de l’exercice.
  • Les réponses de l’exécutif pour sortir de la crise sont encore floues.

Drôle d’expo temporaire au Grand Palais : Après deux mois de consultation, le Premier ministre Edouard Philippe et les organisateurs du grand débat présentaient lundi matin les conclusions de la consultation nationale dans une salle du monument parisien. « Ce moment était attendu mais quand il a ouvert, autour du 15 janvier, c’était vraiment un saut dans l’inconnu », débute Emmanuel Wargon. La secrétaire d’Etat à la transition écologique évoque un « grand moment », puis sort la calculette :

« Les Français ont été au rendez-vous. Un million et demi de personnes [a] participé à cet exercice inédit de démocratie. 506.000 personnes se sont connectées sur le site internet, 10.000 réunions locales ont été organisées et environ 500.000 personnes se sont exprimées avec les cahiers citoyens […] Cela montre une vitalité démocratique, une volonté de débattre ».

Des PowerPoint très fleuris

Le ton de la matinée est donné. Pendant trois heures, ministres et organisateurs échangent des courtoisies. Quelques pépites fusent :

  • « Nous avons vérifié combien nos concitoyens ont besoin de se parler, peut-être autant que d’être entendus »
  • « En discutant ensemble, on s’aperçoit qu’on a à peu près tous les mêmes besoins »
  • « On entend mal si on écoute vite »

Dans ce concert d’autosatisfaction, de rares dissonances. L’une des garantes, Nadia Bellaoui, critique les formulations « excessivement binaires » de certains questionnaires et « l’hyper médiatisation » d’Emmanuel Macron, qui a pu « occulter la richesse de la parole collective ».

Une ribambelle d’experts se succède ensuite au micro pour présenter les résultats, à travers les quatre grandes thématiques fixées par Emmanuel Macron, mais également d’autres comme le pouvoir d’achat, la santé ou les retraites. Les PowerPoint présentés font honneur à la nature : les réponses sont présentées sous formes d’arbres, avec un « tronc commun » et des branches pour les « différences ». « Voyez ce constat présenté sur le pétale illuminé au sud de notre fleur », dit l’une des spécialistes.

Présentation très florale du grand débat.
Présentation très florale du grand débat. - TLG/20mn
Propositions sur le thème démocratie et citoyenneté
Propositions sur le thème démocratie et citoyenneté - Capture d'écran, grand débat

« Nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts »

Les remontées du grand débat sont parfois vagues ou contradictoires. Mais en fin de conférence, Edouard Philippe a déjà tiré ses conclusions. « Nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts », dit-il, sans plus de précisions. La baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, première citée par les participants, a, elle, déjà été balayée par le ministre du Budget.

Le Premier ministre évoque aussi le besoin de « construire les outils d’une démocratie plus délibérative », sans toutefois mentionner le référendum d’initiative partagée. Les « gilets jaunes », à l’origine du grand débat, sont d’ailleurs les grands absents de la journée. Certaines demandes du mouvement social comme le RIC ou la suppression de l’ISF sont citées, mais par une minorité des participants.

La garante Isabelle Falque-Pierrotin avait prévenu un peu plus tôt : « Attention aux chiffres ! Ce grand débat n’est pas un sondage. Les pourcentages sont ceux des personnes qui se sont exprimées. Cela ne représente pas nécessairement tous les Français ». Emmanuel Macron, qui s’est engagé à répondre sans « reniement » ni « entêtement » aux souhaits des Français, devrait annoncer les premières mesures à la mi-avril.