Assistants parlementaires MoDem: Perquisition chez le directeur de cabinet de Bayrou

POLITIQUE En marge de cette perquisition, Stéphane Thérou a aussi été entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs pesant sur des assistants parlementaires européens du MoDem

20 Minutes avec AFP

— 

La mairie de Pau (photo illustration).
La mairie de Pau (photo illustration). — NICOLAS TUCAT / AFP

Des policiers ont perquisitionné mardi à Pau le domicile de Stéphane Thérou, directeur de cabinet du maire MoDem François Bayrou, dans le cadre de l 'enquête sur les attachés parlementaires européens du MoDem, a affirmé Stéphane Thérou au quotidien La République des Pyrénées mercredi.

«Je ne vais pas vous dire que c'était agréable, ce serait mentir», a-t-il dit de la perquisition au quotidien. «Mais pour la première fois depuis deux ans et l'engagement de cette procédure pour le moins médiatique, j'ai pu m'expliquer et indiquer la réalité des emplois qui ont été les miens».

Soupçons d’emplois fictifs

En parallèle à la perquisition de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), Stéphane Thérou a été entendu mardi en audition libre par les enquêteurs, affirme le quotidien.

Cet ancien attaché parlementaire était entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs pesant sur des assistants parlementaires européens du MoDem.

Après une enquête préliminaire du parquet de Paris en mars 2017 visant une vingtaine d'eurodéputés de tous bords, puis une enquête visant le MoDem, une information judiciaire contre X, confiée à des juges d'instruction parisiens avait été ouverte en juillet 2017 pour «abus de confiance, recel d'abus de confiance et escroqueries».

Une affaire à l’origine de démissions en cascade en octobre 2017

La justice cherche à savoir si des collaborateurs parlementaires ont été en partie rémunérés par les fonds publics du Parlement européen alors qu'ils étaient en réalité affectés à d'autres tâches pour le MoDem. Le siège du parti à Paris avait été perquisitionné en octobre 2017.

L'enquête avait entraîné la démission de François Bayrou du poste de garde des Sceaux, après celles de la ministre des armées Sylvie Goulard, dont Stéphane Thérou avait été l'assistant parlementaire européen, et de Marielle de Sarnez ministre des affaires européennes, toutes deux anciennes eurodéputées MoDem.

Le maire de Pau, et président du MoDem François Bayrou a pour sa part jugé «rien de plus normal qu'une enquête, dont nous n'avions plus de nouvelles depuis deux ans, cherche à obtenir des informations précises sur le travail rigoureux et insoupçonnable de Stéphane Thérou». Il a réaffirmé qu'«il n'y a jamais eu d'emplois fictifs au MoDem».