Européennes: Qui est Marie-Pierre Vedrenne, n°3 sur la liste LREM?

PORTRAIT La jeune femme de 36 ans dirige actuellement la Maison de l’Europe à Rennes

Manuel Pavard

— 

Marie-Pierre Vedrenne au Parlement européen, son futur lieu de travail.
Marie-Pierre Vedrenne au Parlement européen, son futur lieu de travail. — Compte Facebook de Marie-Pierre Vedrenne
  • La Rennaise Marie-Pierre Vedrenne est 3e sur la liste LREM pour les élections européennes.
  • A 36 ans, elle est actuellement directrice de la Maison de l’Europe à Rennes.
  • Ses collègues en politique décrivent une Européenne convaincue, qui maîtrise parfaitement les dossiers européens.

Son nom est sans doute le moins connu parmi les cinq premiers de la liste La République En Marche (LREM) pour les élections européennes, dévoilée mardi. La Rennaise Marie-Pierre Vedrenne, 36 ans, figurera en 3e position derrière le binôme constitué de la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau et de l’écologiste Pascal Canfin.

« Je n’avais pas d’exigence particulière pour la place mais je souhaitais pouvoir agir après l’élection », explique la directrice de la Maison de l’Europe de Rennes, investie avec l’étiquette du MoDem. Celle qui se dit « profondément européenne » reconnaît sa « grande fierté » d’avoir été choisie. « Une suite logique et la continuité de [son] engagement avec la Maison de l’Europe », selon elle.

Un parcours entièrement tourné vers l’Europe

Ses collègues en politique mettent d’ailleurs tous en avant sa « fibre européenne et fédéraliste », à l’instar de Carole Gandon, référente de LREM en Ille-et-Vilaine, qui voit en elle « la candidate idéale ». « Marie-Pierre Vedrenne maîtrise sur le bout des doigts tous les rouages des institutions européennes, ajoute-t-elle. Son expertise sera très précieuse. »

Tout le parcours de Marie-Pierre Vedrenne semble d’ailleurs tourné vers l’Europe. Originaire de Limoges, elle a suivi des études de droit public européen. Elle narre une anecdote qui a beaucoup compté dans ses choix futurs : « Lors d’un cours de droit administratif en deuxième année, le professeur a interrogé tout le monde sur des questions basiques, liées au nombre de pays membres de l’Union européenne ou aux institutions. Les réponses étaient catastrophiques ! » Le constat agit sur elle comme un électrochoc : « Je me suis rendu compte que je ne savais pas comment ça fonctionnait. »

La suite de son cursus universitaire, politique et professionnel ne déviera plus des sphères continentales : un master de juriste en droit de l’UE et de l’OMC, une place à la direction du mouvement des Jeunes européens et bien sûr son poste actuel de directrice de la Maison de l’Europe. Sa faible notoriété auprès du grand public ne lui paraît pas être un handicap. « Il y avait une volonté de porter un profil jeune, avec une expertise sur certains sujets », souligne l’éphémère candidate LREM aux législatives de 2017 – elle n’avait finalement pas été investie par le mouvement.

Elle quitte la Maison de l'Europe

« On veut des professionnels en politique, pas des professionnels de la politique », appuie Antoine Esneault, référent départemental des Jeunes avec Macron. Ce dernier vante le côté « très pédagogique » de Marie-Pierre Vedrenne : « Elle a l’habitude d’aller vers les gens pour leur expliquer simplement et humblement en quoi l’Europe est utile dans leur quotidien. » Carole Gandon décrit quant à elle « une personnalité positive et qui rayonne, à l’énergie communicative ».

Naturellement, la question se pose : la future députée pourra-t-elle concilier son mandat au Parlement européen et ses obligations professionnelles ? Mais Marie-Pierre Vedrenne avait déjà décidé de démissionner de la Maison de l'Europe dès l'officialisation de la liste. « Je ne serai plus en fonction durant la campagne et après », précise-t-elle. Ceci pour « se consacrer à la campagne mais aussi ne pas tout mélanger. Il faut bien cloisonner les choses », conclut-elle, assurant qu’elle « ne s'imaginait pas du tout députée européenne il y a 10-15 ans ».