Européennes: Pour Pascal Canfin, Emmanuel Macron «est en train de changer» sur les enjeux écologiques

ELECTIONS EUROPEENES L’ancien ministre a expliqué pourquoi il a accepté d’être n° 2 de la liste de La République en Marche pour les élections européennes, une liste qualifiée de « fourre-tout » par Yannick Jadot

20 Minutes avec AFP

— 

Pascal Canfin a accepté d'être le numéro 2 de la liste de la République en marche pour les élections européennes
Pascal Canfin a accepté d'être le numéro 2 de la liste de la République en marche pour les élections européennes — AFP

Pascal Canfin se justifie. Ce mercredi matin, l’ancien ministre (Europe Écologie-Les Verts) de François Hollande et ex-directeur du WWF France était invité sur France Inter. S’il a accepté d’être n°2 de la liste de La République en marche (LREM) pour les élections européennes, c’est parce qu’Emmanuel Macron est « en train de changer » sur les enjeux écologistes, a-t-il expliqué.

Selon lui, « il y a une profonde modification du projet » de la majorité, « on est dans une logique d’accélération de la transition » écologique alors que « le programme initial d’Emmanuel Macron 2017 était très très peu écologique ». « C’est en train de devenir la matrice fondamentale du projet qui sera porté par cette liste », conduite par Nathalie Loiseau, « donc il a changé », a insisté Pascal Canfin.

« Je ne suis pas candidat pour être ministre »

Il a mentionné notamment le fait qu’au dernier Conseil européen, Emmanuel Macron, « qui était historiquement quelqu’un qui était favorable aux traités commerciaux, a dit : je ne signerai pas de traités commerciaux si les questions climatiques ne sont pas intégrées ». L’ancien ministre a souligné pour autant qu’il n’est pas « d’accord sur tout avec lui » et qu’il n’a pas rejoint En Marche.

« Si vous voulez que je vous dise que le gouvernement actuel français n’en fait pas assez, ne va pas assez vite, ne va pas assez loin sur l’écologie, c’est même pas la peine que vous me posiez la question, je vous le dis », a-t-il ajouté. « Je ne suis pas candidat pour être ministre de ce gouvernement, je suis candidat sur une fonction européenne », a précisé l’ancien ministre pour qui « 80 % des règles en matière environnementale, proviennent de l’Europe, c’est donc la mère des batailles ».

Pascal Canfin a assuré ne pas faire « un mauvais coup » à EELV par sa candidature, « parce que si on y croit vraiment à cette cause, il faut nécessairement multiplier, additionner les énergies ». Mais pour la tête de liste d’EELV, Yannick Jadot, la liste de la République en Marche est un « fourre-tout » qui, selon lui, a « vocation à cacher la réalité des politiques ».

« Une liste fourre-tout »

« On a une liste patchwork, une liste fourre-tout de LREM où vous avez en n°2 quelqu’un qui se bat contre le glyphosate (l’écologiste Pascal Canfin), en n°4 quelqu’un qui se bat pour le glyphosate (le président des Jeunes Agriculteurs Jérémy Decerle). Vous avez ceux qui combattent la chasse (Pascal Durand) et en n°4 un chasseur assumé », a critiqué mercredi sur Radio Classique l’eurodéputé.

« On est dans un casting qui a vocation à cacher la réalité des politiques », a-t-il ajouté, estimant que le président Emmanuel Macron « renvoie à l’échelle européenne les actions qu’il n’a pas eu le courage de mener au niveau français ». Pour Yannick Jadot, « c’est une bonne nouvelle que tout le monde parle d’écologie » alors qu’on est « face à une crise écolo sur le climat, sur la biodiversité qui est extrêmement grave ».

Mais « l’objectif d’une campagne ce n’est pas de ripoliner une liste, de ripoliner des politiques en vert. (…) Que ce soit la liste LREM, que ce soit la liste socialiste, que ce soit, j’espère qu’ils vont y arriver, la liste des Républicains, on parle d’écologie mais finalement quand il s’agit d’agir, on n’agit pas. Finalement la rente, le vieux monde, les lobbys décident », a-t-il déploré.