«Gilets jaunes»: Ce n'est pas le rôle de l'opération Sentinelle de «faire le contrôle des manifestations», estime François Hollande

REACTION Face à la polémique, Emmanuel Macron a réagi, ce vendredi, affirmant que l’armée n’était « en aucun cas en charge du maintien de l’ordre et de l’ordre public »

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande illuminé
François Hollande illuminé — ALLILI MOURAD/SIPA

Après la décision du gouvernement de faire appel à l’opération Sentinelle, ce samedi, pour l’acte 19 des «  gilets jaunes​ », François Hollande a estimé, ce vendredi, que ce n’était pas le rôle des militaires de « faire le contrôle des manifestations ».

« Je pense que la violence est inadmissible (…) la dégradation des biens, la mise en cause même de personnes, que ce soit des manifestants ou des policiers, c’est un outrage à la France et à ce qu’elle représente », a affirmé l’ancien président de la République en marge d’un déplacement au lycée Darchicourt à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) pour une table ronde sur l’Europe avec des élèves.

Permettre aux policiers et gendarmes de se concentrer sur le maintien de l’ordre

« La vocation de Sentinelle, c’est de préserver les Français de toutes les menaces et je ne pense pas - et le ministre d’ailleurs a rectifié - que ce soit à l’opération Sentinelle de faire le contrôle des manifestations », a poursuivi l’ancien chef de l’Etat. Le gouvernement, qui veut éviter samedi une réédition des violences de la semaine dernière à Paris, a annoncé la mobilisation « renforcée » de Sentinelle, afin de permettre aux policiers et gendarmes de se concentrer sur le maintien de l’ordre.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon a demandé aux militaires, « conformément au droit qui leur est reconnu et devoir qui leur est imposé de n’accomplir aucun acte contraire aux coutumes de la guerre et aux conventions internationales ». « Quand bien même ils en recevraient l’ordre, qu’ils n’y obéissent pas, qu’ils ne tirent pas », a-t-il lancé.

« Il n’a jamais été question que les forces de Sentinelle interviennent dans le maintien de l’ordre »

Les ministres des Armées, Florence Parly, et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ont assuré vendredi que ces soldats ne feraient pas de maintien de l’ordre et ne seront en aucun cas au contact de manifestants. « Il n’a jamais été question que les forces de Sentinelle interviennent dans le maintien de l’ordre. Ce n’est pas leur rôle d’aller au contact des manifestants », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense au moment de l’institution de l’opération antiterroriste Sentinelle en 2015, au micro de RMC.

Face à la polémique, Emmanuel Macron a réagi, ce vendredi, lors d’un point presse à Bruxelles, affirmant que l’armée n’était « en aucun cas en charge du maintien de l’ordre et de l’ordre public ». « C’est exactement la même chose que ce qui avait été décidé au mois de décembre et à plusieurs reprises par le passé, c’est-à-dire faire appel aux militaires de l’opération Sentinelle pour ce qui est leur mission, la lutte contre le terrorisme et protéger des sites sensibles, pour pouvoir décharger les policiers et les gendarmes de ces missions », a-t-il affirmé.