Macron convie Xi, Merkel et Juncker à Paris pour discuter commerce et climat

DIPLOMATIE Paris et Berlin, qui devaient poser jeudi soir les premières bases d’un front européen commun face à la Chine, chercheront mardi des « points de convergence » avec leur rival asiatique lors d’une rencontre inédite à Paris

N.Sa avec AFP

— 

Le président Emmanuel Macron aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel lors du sommet européen du 21 mars 2019.
Le président Emmanuel Macron aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel lors du sommet européen du 21 mars 2019. — Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Organisée à l’initiative du président français Emmanuel Macron, cette rencontre inédite réunira le président chinois Xi Jinping, la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, a annoncé jeudi l’Elysée.

L’objectif sera de « trouver des points de convergence entre l’Europe et la Chine » sur des sujets comme le multilatéralisme ou la mise en oeuvre de l’accord de Paris sur le climat.
« Nous l’avons estimé nécessaire, car pour défendre le multilatéralisme la discussion doit se passer au niveau de l’Europe et non pas de la France seule », a fait valoir l’Elysée.

Un « réveil européen »

Cette rencontre à quatre fait suite à une première discussion sur la Chine prévue jeudi soir à Bruxelles entre les 28 dirigeants de l’Union européenne, qui s’inquiètent des ambitions de Pékin sur le continent. Emmanuel Macron a salué jeudi « ce réveil européen » à son arrivée dans la capitale belge pour ce sommet européen.

L’échange prévu jeudi soir -susceptible cependant d’être éclipsé par les débats sur le Brexit, principal sujet du sommet- était réclamé par Paris et Berlin. Il doit être le premier entre les 28 consacré à la Chine, au moment où son président Xi Jinping entame une tournée en Europe, en Italie, à Monaco et en France, pour défendre son projet de «nouvelles routes de la soie».

Les « nouvelles routes de la soie », un projet colossal

Les plans du dirigeant chinois ont déjà trouvé un écho auprès de la coalition populiste au pouvoir en Italie, qui a annoncé la semaine dernière qu’elle comptait signer un protocole d’accord avec la Chine sur ce vaste programme d’infrastructures lancé en 2013.
Les « nouvelles routes de la soie », un projet colossal, prévoit la construction de routes, ports, lignes de chemins de fer et parcs industriels pour plus de 1.000 milliards de dollars en Asie, Europe et Afrique.

Ce dîner vise avant tout à tenter d’accorder les positions des Etats membres avant un sommet UE-Chine le 9 avril à Bruxelles. La plupart des Européens s’inquiètent des investissements tous azimuts de Pékin dans l’UE, en particulier dans les pays de l’Est et du Sud, en recherche de capitaux.

Des risques d’espionnage

L’acquisition de certaines entreprises ou infrastructures dans les secteurs stratégiques (intelligence artificielle, télécoms, robotique…) permet à Pékin de s’offrir à moindre coût une expertise et des technologies clés de manière jugée déloyale car les entreprises chinoises concernées sont, selon l’UE, largement subventionnées ou contrôlées par l’Etat.

Les 28 s’interrogent tout particulièrement sur les risques d’espionnage par Pékin s’ils utilisent pour leurs futurs réseaux de communication de cinquième génération les équipements du groupe Huawei.