Attentats de Christchurch: Une conseillère régionale bretonne tweete des propos islamophobes

LOI DU TALION Catherine Blein, élue sur la liste du Front national en 2015, a retiré son tweet après un concert d’indignations

R.G.-V.

— 

Un policier lors des attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.
Un policier lors des attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019. — Tessa BURROWS / AFP

Après les deux attentats dans des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, une conseillère régionale de Bretagne a tweeté « Tuerie en New Zealand : œil pour œil… ». Faisant référence à l’expression « œil pour œil, dent pour dent ». Un parallèle à peine voilé à la loi du talion.

Catherine Blein a été élue en 2015 sur la liste du Front national. Elle a été exclue du parti, depuis renommé Rassemblement national, à cause de… propos islamophobes, quand elle était candidate aux législatives de 2017. Une pratique qu’elle a donc répétée suite aux drames néo-zélandais qui ont vu 49 musulmans mourir sous les balles d’un terroriste d’extrême droite, vendredi.

Des propos qui peuvent être attaqués

Repéré par Ouest-France, l’élue a depuis retiré le tweet. Elle s’en est expliquée au quotidien local. Catherine Blein « regrette » ses mots et « comprend que cela a pu être mal interprété ». « Ce n’était pas ma pensée profonde, je suis parfois impulsive », dit-elle aussi.

Entre autres personnalités politiques locales, le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, a condamné ces propos sur Twitter.

L’élu a annoncé sur Twitter avoir « engagé une procédure pour saisir le procureur de la République […] pour incitation au meurtre. »

Ouest France rappel que l’apologie du terrorisme est passible de 75.000 euros d’amende et jusqu’à cinq ans de prison. Et même 100.000 euros "en utilisant un service de communication au public en ligne.