«Escalade», «délire»... Jean-Luc Mélenchon critiqué après sa tribune sur l'Europe

CONTRE-ATTAQUE Le chef de file de La France insoumise a publié une tribune dans plusieurs journaux européens appelant à « sortir des traités » européens

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale, le 12 février 2019.
Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale, le 12 février 2019. — Jacques Witt/SIPA

RECTIFICATIF: ce texte a été modifié suite du fait d'imprécisions dans la dépêche AFP reprise ici. Une citation attribuée à Jean-Luc Mélenchon dans la dépêche n'étant pas présente dans la tribune de Libération, nous l'avons remplacée par une autre issue de ce texte.

La porte-parole LREM Aurore Bergé a déploré lundi « une escalade verbale », la secrétaire d’Etat Brune Poirson y voit un « délire ». Jean-Luc Mélenchon après la publication d'une tribune dans plusieurs journaux européens, publiée dimanche et sobrement intitulée « Sortez des traités, stupides » (oui, la virgule est bien placée).

« On a une escalade verbale qui va jusqu’à attaquer les traités européens », a critiqué Aurore Bergé sur Cnews, tout en notant que Jean-Luc Mélenchon n’a pas précisé lesdits traités. « Le projet européen de Mélenchon m’échappe de plus en plus » et « je ne veux pas laisser le projet européen à des populistes d’extrême gauche ou d’extrême droite », a-t-elle assuré.

Une imitation d’Emmanuel Macron

« Je crois que là Jean-Luc Mélenchon (…) continue à être en plein délire, a pour sa part commenté Brune Poirson, la secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire, sur Franceinfo. J’y vois aussi une pâle tentative de vouloir, en quelque sorte, copier, imiter la méthode du président de la République. » Une référence à la lettre publiée par Emmanuel Macron dans des journaux des 28 pays de l’Union européenne mardi, en vue du scrutin du 26 mai.

Dimanche soir, le chef de file de LFI a signé une tribune sur le site de Libération et lundi dans plusieurs journaux européens dans laquelle il intime aux Européens de « sortir des traités » qui ont « figé toutes les politiques économiques dans le dogme absurde de l’ordo-libéralisme ». Dans ce texte, le député LFI fustige aussi une Europe « de la défense de Macron et Merkel » et prône l'indépendance par rapport à l'OTAN.

Pour Aurore Bergé, c’est « affligeant qu’un ministre et ancien candidat à la présidentielle en vienne à ce genre de diatribe et d’excès ». Par ailleurs, le candidat malheureux à la présidentielle de 2017 critique le couple franco-allemand, qui selon lui « humilie les 26 autres États ». « C’est quelque chose d’essentiel dans la dynamique européenne » et « on a besoin de l'Union européenne car on n’y arrivera pas tout seul », lui a répondu la députée LREM.