Parité: 450.000 euros d’amende pour le ministère des Affaires étrangères pour non respect des quotas de nomination féminines

FEMMES Et pourtant, les conditions à respecter ne sont pas si contraignantes

R.G.-V.

— 

Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'inquiète de la crise catalane.
Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'inquiète de la crise catalane. — VILLARD/SIPA

La note est salée, pour le ministère des Affaires étrangères. Pour ne pas avoir respecté le quotat de femme nommée en 2017, le ministère a écopé d’une amende de 450.000 euros, nous apprend Le Monde.

Les objectifs imposés par la loi Sauvadet de 2012 paraissent pourtant bien timides : le Quai-d'Orsay doit nommer chaque année au moins 40 % de femmes… et encore, seulement lors des primo-nominations (comme ambassadrice, directrice…).

26 % de femmes ambassadrices

Et en 2017, les Affaires étrangères ont manqué le par de loin : seules 29 % de femmes ont été nommées par la chancellerie. Au rythme de 90.000 euros d’amende par nominations manquantes, on arrive donc à un total de 450.000 euros pour cinq défauts. Le journal du soir précise quand même qu’il ne s’agit pas d’un record : l’amende du ministère de l’Economie et des comptes publics devra payer 1,71 million d’euros.

Le Quai d’Orsay part de loin, niveau parité. Il n’y a par exemple que 26 % d’ambassadrices et 24 % de consules. Aussi, si les femmes sont majoritaires dans les fonctionnaires de catégorie C (les postes d’exécution), elles sont minoritaires dans les fonctions cadres catégorie A : 34 %.