Emmanuel Macron lance le «Collège du renseignement» européen

COORDINATION De lundi matin à mardi soir, les principaux responsables des services de renseignement européens sont réunis au centre de conférence du ministère des Affaires étrangères

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 24 janvier 2019.
Emmanuel Macron le 24 janvier 2019. — Mahoudeau Clement-POOL/SIPA

Un événement inédit dans le petit monde du renseignement. Emmanuel Macron doit clore, ce mardi, la session inaugurale du Collège du renseignement en Europe, qui réunit des dirigeants des services de renseignement des 28 pays de l’UE, plus ceux de la Suisse et de la Norvège.

« Tous ceux qui comptent dans la communauté européenne du renseignement sont présents pour ces deux journées d’échanges : 66 des 80 services européens sont représentés, avec 30 directeurs de services, neuf coordinateurs nationaux et 13 représentants des institutions européennes », a expliqué l’Elysée.

Le renseignement européen face à la Chine, la Russie et les Etats-Unis

« Ce n’est en aucun cas la préfiguration d’un service de renseignement européen. Le renseignement est une prérogative nationale et pas communautaire », a souligné la présidence française. Mais c’est l’occasion pour l’Europe de montrer son poids face aux autres grandes puissances - Chine, Russie, Etats-Unis. Aucun service non européen n’est convié, même ceux des alliés de l’Europe.

En septembre 2017, le chef de l’Etat avait évoqué la création d’une Académie européenne du renseignement pour permettre des partages de bonne pratiques et venir renforcer l’Europe de la défense. « Ce collège ne sera pas un lieu d’échange opérationnel, ni un collège de formation. Il ne se substituera pas aux structures en place et ne sera pas une entité communautaire de l’UE », a expliqué l’Elysée.

Brexit ou pas, le Royaume-Uni bien présent

Les professionnels réunis au centre de conférence du ministère des Affaires étrangères, à Paris, pourront échanger sur les enjeux stratégiques du renseignement et construire « une culture commune », à travers plusieurs ateliers prévus lundi et mardi : l’un portera sur le rôle du renseignement dans la prise de décisions, un autre sur le continuum entre renseignement intérieur et extérieur et un troisième sur « le positionnement du renseignement face aux institutions européennes ».

Brexit ou pas, les services britanniques seront bien présents. « Ils sont fondamentaux dans les dispositifs d’échange de renseignement en Europe. Le pays partage nos mêmes préoccupations en matière de contre-terrorisme », a souligné l’Elysée. Le chef de l’Etat sera accompagné du ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian, et du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.