Olivier Besancenot, de la LCR au NPA, pour «changer de braquet»

E.J.

— 

Le "Nouveau parti anticapitaliste", qui doit succéder à la LCR d'Olivier Besancenot, a été mis sur les rails de façon "irréversible" dimanche, avec pour marque de fabrique "l'indépendance vis-à-vis du PS".
Le "Nouveau parti anticapitaliste", qui doit succéder à la LCR d'Olivier Besancenot, a été mis sur les rails de façon "irréversible" dimanche, avec pour marque de fabrique "l'indépendance vis-à-vis du PS". — Jacques Demarthon AFP

C’est sans doute la dernière université de la Ligue communiste révolutionnaire à laquelle ont participé les 1.300 militants réunis ce week-end à Port Leucate. Le mouvement trotskyste va se dissoudre pour créer un nouveau parti, baptisé pour le moment Nouveau parti anticapitaliste (NPA). L’objectif? «Changer de braquet» selon Olivier Besancenot, pour qui il s’agit de «faire en sorte que nos idées politiques soient majoritaires à terme», a-t-il expliqué lors de son discours de clôture.


Université d'été 2008 - Meeting Olivier Besancenot

«Une gauche qui ne s’excuse pas d’être de gauche»

Car sur la question de son rapport à la gauche dite de gouvernement, Olivier Besancenot veut construire avec le NPA «une alternative à gauche». En substance, «une gauche digne de ce nom, qui ne s’excuse pas d’être de gauche».

Mais ce faisant, le NPA fait-il le jeu de la droite, comme s’en est félicité Nicolas Sarkozy auprès de François Hollande? Ce lundi matin sur France Inter, Olivier Besancenot a balayé ces accusations : «c’est surtout» le premier secrétaire du PS qui a «crié très fort» l’anecdote, explique-t-il, en soulignant que « ceux qui font le jeu de la droite, ce sont ceux qui trouvent toujours 10.000 excuses pour ne pas s’y opposer». Et pour y remédier, il a appelé à une rencontre entre les partis de gauche pour demander le retrait des troupes françaises en Afghanistan.

Les européennes en ligne de mire


L’autre question est de savoir si ce nouveau parti va attirer des militants n’appartenant pas à la LCR. Selon Olivier Besancenot, dans le collectif d’animation du futur NPA, «la moitié ne font pas partie de la LCR ». Une diversité qui se retrouvait samedi à Port Leucate, selon Alain Krivine qui s’en amusait : «je ne reconnais plus tout le monde, on me donne du vous, on m'appelle Monsieur!», disait celui qui a été candidat à la présidentielle pour la LCR en 1969, 1974 et 1981.

Pour l’année à venir, le NPA se préparer pour les élections européennes. «Sur les européennes, la discussion ne fait que débuter», mais selon Olivier Besancenot, interrogé par l’AFP, «le nouveau parti a intérêt à présenter une liste». D’ici là, il faudra mettre sur pied cette nouvelle organisation. Et lui donner un nom, NPA servant de sigle provisoire. «On ne pourra pas tout régler tout de suite», a prévenu Olivier Besancenot.