Les Verts au travail pour rassembler Cohn-Bendit, Hulot et Bové aux européennes

ETE C'est le menu de leur université d'été...

E.J.

— 

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, a redouté mardi que Nicolas Sarkozy exerce un "rôle négatif", lors de la présidence française de l'Union européenne.
Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, a redouté mardi que Nicolas Sarkozy exerce un "rôle négatif", lors de la présidence française de l'Union européenne. — Francois Guillot AFP

Affirmer le principe d'union de la gauche avec le PS ce jeudi, et tenter de convaincre Cohn-Bendit et Bové pour les élections européennes d’ici samedi: c'est l'équation difficile à laquelle les Verts s'attellent pour leur université d'été, qui se tient jusqu'à samedi à Toulouse. Un débat de trois heures a rassemblé jeudi soir François Hollande, Premier secrétaire du PS, et Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, pour rappeler l'ancrage à gauche.

«Il faut se rassembler pour convaincre. Il n'y aura de dynamique que s'il y a un projet commun», a expliqué le premier secrétaire du PS lors du débat. «Si nous ne créons pas de la dynamique sur un projet commun - qu'il faut préparer dès à présent -, nous aurons d'autres déconvenues», juge-t-il.

Pourtant, avec le PS, le climat n'est pas au beau fixe. Les deux partis n'ont pas réussi à se mettre d'accord pour les sénatoriales de septembre. «Il était indispensable de relancer le dialogue, juge Cécile Duflot, secrétaire générale du parti. On est responsables pour deux».

Cohn-Bendit et Bové

Mais le moment fort sera le débat de samedi: Daniel Cohn-Bendit, co-président des Verts au Parlement européen, et l'altermondialiste José Bové, seront présents pour travailler au rassemblement des écologistes pour les élections européennes de 2009.

«Il faut trouver un moyen que les Verts s'ouvrent, qu'on arrive à créer quelque chose pour les Européennes qui rassemble la galaxie écologiste», a-t-il martelé à son arrivée ce vendredi. «C'est vrai qu'on ne sait pas très bien comment faire», a-t-il reconnu «mais les Verts ne peuvent pas continuer comme ça». Une position déjà partagée par deux députés écologistes: «Dany, Hulot et Bové, mêmes combats!», s'exclament François De Rugy et Jean-Vincent Placé.

Hulot, l'absent

La liste prônée par Daniel Cohn-Bendit, «Europe écologie», rassemblerait l'ex-leader de mai 68, et des représentants d'ONG environnementales et de la société civile, avec notamment José Bové et des proches de l'animateur Nicolas Hulot. Une tâche qui reste tout de même délicate: certains pointent le manque de cohérence entre «Dany», défenseur du oui au référendum européen en 2005, et José Bové, partisan du non. Reste la question de Nicolas Hulot lui-même, qui sera absent samedi, mais enverra un message vidéo.

Si les Verts ne prendront aucune décision à Toulouse, la tenue du débat pèsera lors de la décision finale, prévue pour le Conseil national des 13 et 14 septembre.