Européennes: «L'idée que c'est Macron ou le chaos» est «la pire des options démocratiques», estime Yannick Jadot

EELV « Cette idée qu’il y aurait les gentils Européens d’un côté et les méchants anti-Européens de l’autre, il faut casser ça », a déclaré la tête de liste d'EELV aux européennes 

20 Minutes avec AFP

— 

Yannick Jadot, à Paris le 19 octobre 2016.
Yannick Jadot, à Paris le 19 octobre 2016. — CHAMUSSY/SIPA

« L’idée que c’est Macron ou le chaos en Europe » pour les élections européennes est « la pire des options démocratiques », a estimé, ce lundi, Yannick Jadot, la tête de liste EELV pour le scrutin de mai 2019, au micro de Public Sénat. « Cette idée qu’il y aurait les gentils Européens d’un côté​ et les méchants anti-Européens de l’autre, il faut casser ça », a-t-il déclaré.

« Quand Emmanuel Macron soutient les accords de libre-échange, une forme d’austérité budgétaire plutôt que l’investissement, quand la France ne respecte pas les règles sur la pollution de l’air, les objectifs en matière d’énergies renouvelables, à chaque fois c’est une France qui participe de tuer le projet européen », a-t-il accusé.

« A chaque fois c’est une France qui participe de tuer le projet européen »

« J’en peux plus qu’on nous dise que l’Europe est un mal nécessaire, que ça sera forcément désagréable, sinon on aura les nationalistes. C’est ça, la stratégie de Macron. Mais avec qui il s’allie au niveau européen ? Aujourd’hui il s’allie avec Ciuadanos, le parti espagnol qui fait alliance avec l’extrême droite en Espagne. » « C’est ça qu’on veut au niveau européen ? Il y a un moment où le modèle libéral, soit il est le marchepied des populistes, soit il s’allie avec les populistes, et ça, on n’en veut pas », a conclu l’eurodéputé écologiste.