Comment les économistes et les grands patrons ont accéléré la réforme de l'ISF

CALENDRIER Initialement, la réforme de l'ISF devait être votée dans la loi de finances 2018 pour entrer en vigueur en 2019

Manon Aublanc

— 

La réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) entrera en vigueur dès 2018.
La réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) entrera en vigueur dès 2018. — ALLILI/SIPA

Alors qu’elle devait entrer en vigueur en 2019, la réforme de l'impôt sur la fortune (ISF) a finalement été mise en place dès 2018. La raison ? La pression des économistes et des patrons du CAC 40 a accéléré le calendrier, révèle la cellule investigation de Radio France, ce jeudi. 

Le 4 juillet 2017, lors de son discours de politique générale, le Premier ministre, Edouard Philippe, annonce que la réforme de l'ISF sera votée dans la loi de finances 2018 pour entrer en vigueur en 2019. Cette réforme, qui doit transformer l'ISF en « impôt sur la fortune immobilière », est censée stimuler l’activité économique et les investissements.

Economistes et grands patrons ont fait pression sur Bercy

Dans le calendrier envisagé par le président de la République, la mise en place de la réforme de l’impôt sur la fortune, favorable aux plus fortunés, doit intervenir en même temps que plusieurs mesures sociales, comme la baisse des cotisations ou la suppression de la taxe d’habitation. « D’un côté envoyer un signal aux plus fortunés, mais compenser la portée symbolique de cette décision par des mesures destinées aux moins favorisés », résume Franceinfo. En outre, une façon pour le gouvernement « de faire passer la pilule ».

Mais trois jours après ce discours, le 7 juillet 2017, se déroulent les Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. A cette occasion, économistes et grands patrons expriment leur mécontentement face au report de la suppression de l’ISF, promis par Emmanuel Macron dans son programme. Lors de cet évènement, le président du Cercle des économistes, Jean-Hervé Lorenzi demande à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie​, d’accélérer son calendrier, raconte nos confrères.

Une réunion « secrète » aux conséquences désastreuses

Selon Radio France, c’est une rencontre « secrète », qui a lieu par la suite, qui va être déterminante. Plusieurs membres de l’Association française des entreprises privées (Afep), dont font partie de nombreux patrons du CAC 40, se rendent en délégation à l’Elysée pour réclamer un nouveau calendrier. A la suite de cette rencontre, le ministère de l'Economie annonce que la réforme de l’ISF sera mise en place dès 2018.

Un changement de calendrier qui aura des conséquences désastreuses : « Il y a eu dans le même temps l’épisode de la baisse des APL, la hausse de la CSG pour les retraités, puis la désindexation des retraites sur l’inflation, et on a alourdi la fiscalité sur des gens qui ne sont pas de milieux très favorisés. C’est ce qui explique que l’ISF est devenu si impopulaire », a expliqué l’économiste Philippe Aghion, qui a participé au programme économique du candidat Macron, à nos confrères. « Si on avait procédé différemment, nous aurions évité le mouvement (des » gilets jaunes «) que nous avons aujourd’hui », estime ce dernier.