Grand débat: LFI demande que les interventions de l’exécutif soient intégrées dans les comptes de campagne de LREM

FRANCE INSOUMISE La France Insoumise soupçonne LREM de se servir du grand débat pour faire campagne…

J.D. avec AFP

— 

Emmanuel Macron à Evry-Courcouronnes, ce lundi 4 février, dans le cadre du grand débat national.
Emmanuel Macron à Evry-Courcouronnes, ce lundi 4 février, dans le cadre du grand débat national. — AFP

La France insoumise a demandé à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (aussi abrevé tout simplement en CNDCCFP, pas vraiment plus pratique) que toutes les réunions publiques du grand débat national où sont intervenus des membres de l’exécutif soient « intégrées aux comptes de campagne de LREM ».

Une campagne électorale ou un véritable débat ?

LFI estime que le grand débat « poursuit un but bien plus électoraliste que ce qui a été présenté comme une volonté de renouer le dialogue ». Autrement dit, que LREM se servirait du grand débat pour faire campagne plus qu'autre chose.

« Avant même le lancement du grand débat national, certains ministres clamaient déjà que nul retour en arrière ne serait effectué concernant les mesures déjà mises en œuvre par le gouvernement. Quelle peut bien être la vertu d’un débat dont l’issue est déjà verrouillée, si ce n’est la tribune que celui-ci peut offrir à ceux qui en sont les organisateurs ? », questionnent les Insoumis.

En conséquence, LFI veut « voir ces réunions publiques, et toutes les dépenses induites par celles-ci, intégrées au compte de campagne de LREM pour les élections européennes ». Le député LFI Alexis Corbière avait quant à lui demandé, mercredi à l’Assemblée nationale, que « le temps de parole du président se passe hors caméras » pour que le pluralisme soit « garanti ».