Bordeaux: Virginie Calmels annonce qu'elle abandonne ses mandats à la mairie

DEPART La première adjointe du maire de Bordeaux a annoncé à son tour son départ, jeudi dans la soirée

M.B.

— 

Virginie Calmels, lors de la conférence de départ d'Alain Juppé de la mairie de Bordeaux.
Virginie Calmels, lors de la conférence de départ d'Alain Juppé de la mairie de Bordeaux. — MEHDI FEDOUACH / AFP
  • Virginie Calmels était entrée dans la vie politique avec Alain Juppé en 2014.
  • Elle n’a jamais réussi à s’imposer parmi les élus de la majorité bordelaise.
  • Elle a indiqué qu'elle retournait dans le privé pour rejoindre un très beau groupe français.

Elle était entrée dans la vie politique portée par Alain Juppé, lors de la dernière campagne des municipales à Bordeaux en 2014. Elle en sort en le suivant. Virginie Calmels a annoncé jeudi soir lors d’une réunion de la majorité municipale bordelaise, qu’elle quittait la vie politique

Alain Juppé avait confirmé jeudi matin lors d’une conférence de presse qu'il rejoignait le Conseil constitutionnel, et qu’il abandonnait son mandat de maire de Bordeaux. La question de savoir ce que sa dauphine allait décider, était alors sur toutes les lèvres.

A l’écart des autres élus de la majorité

Les nombreux journalistes présents lors de cette conférence de presse avaient eu un premier élément de réponse, lorsqu’ils ont vu la première adjointe d’Alain Juppé rester seule devant les photographes, à l’écart de tous les autres élus de la majorité bordelaise.

Alain Juppé réunissait dans la soirée ses élus pour « un moment convivial », a expliqué l’un d’eux à 20 Minutes. C’est donc cette occasion qu’a choisie Virginie Calmels pour annoncer à son tour son départ. Elle quitte son mandat à la mairie de Bordeaux, mais conserve toutefois celui au conseil régional de Nouvelle Aquitaine. Elle a précisé qu'elle retournait dans le privé, pour « prendre le poste de PDG d'un très beau groupe français. » Ce qu'elle a confirmé sur Twitter.

Une greffe qui n’a pas pris

La greffe de cette ex-chef d’entreprise - elle a notamment dirigé le groupe Endemol - a toujours eu du mal à prendre parmi les élus bordelais. La division s’est renforcée lorsqu’elle a rejoint le camp de François Fillon au lendemain de la primaire perdue par Alain Juppé. La rupture était complètement consommée après avoir rallié Laurent Wauquiez au sein du parti, avant de finalement se faire limoger par le patron de LR, et de revenir à Bordeaux.

Le successeur d’Alain Juppé, lui, devrait être choisi samedi matin. Il devra ensuite se faire élire en conseil municipal début mars. L’adjoint aux finances Nicolas Florian est pressenti.