Affaire Benalla: Un militaire, compagnon de la cheffe de la sécurité de Matignon, suspendu

SANCTION C'est le ministère des Armées qui l'a officiellement suspendu mercredi

20 Minutes avec AFP

— 

Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018.
Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018. — Thibault Camus/AP/SIPA

Le militaire Chokri Wakrim, impliqué selon la presse dans un contrat négocié par Alexandre Benalla avec un sulfureux oligarque russe, a été suspendu mercredi par le ministère des Armées « en attendant que la lumière soit faite sur ces allégations », a appris l’AFP.

Compagnon de Marie-Elodie Poitout, la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre elle-même mise en cause dans cette affaire, « Chokri Wakrim a été convoqué aujourd’hui par le ministère des Armées et suspendu à titre conservatoire de ses fonctions, avec effet immédiat, en attendant que la lumière soit faite sur ces allégations » parues à son propos dans Libération, a indiqué le ministère. Il a déjà été entendu par la Direction du renseignement et de la Sécurité de la Défense (DRSD), a précisé une source bien informée à l’AFP, confirmant des informations du magazine Valeurs actuelles.

Ce contrat avec un oligarque russe a été évoqué dans une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase enregistrée le 26 juillet et dont des extraits ont été publiés le 31 janvier par Mediapart. Les deux hommes envisageaient alors de mettre en place un nouveau montage financier pour le contrat.

Matignon n’a donné « aucune instruction » au parquet de Paris

La révélation de cet enregistrement a suscité un nouveau rebondissement dans l’affaire, aboutissant donc à la démission ce jeudi de la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), Marie-Elodie Poitout, afin d'« écarter toute polémique ». Après la publication des extraits sonores par Mediapart, des journalistes ont en effet tenté de vérifier auprès de Matignon des rumeurs selon lesquelles cette conversation avait été enregistrée au domicile de cette dernière.

Dans une lettre datée du 1er février les services du Premier ministre expliquaient au Parquet de Paris avoir questionné la cheffe du GSPM sur cette rencontre. Celle-ci a alors expliqué avoir rencontré Alexandre Benalla fin juillet, avec son compagnon Chokri Wakrim, à leur domicile, mais assuré ne pas connaître Vincent Crase. Selon une source proche du dossier, c’est sur la base de ce courrier que le parquet a ouvert une enquête et tenté lundi de perquisitionner les locaux de Mediapart, pour se faire remettre les enregistrements, une initiative vivement dénoncée par le site d’information, plusieurs médias et l’opposition comme une atteinte au secret des sources des journalistes.

Matignon n’a donné « aucune instruction » au parquet de Paris au sujet de cet enregistrement révélé par Mediapart, a assuré le Premier ministre Edouard Philippe dans une interview à Paris-Normandie à paraître vendredi.