La France rappelle son ambassadeur en Italie après des «attaques» sans «précédent»

DIPLOMATIE Dans un communiqué ce mardi, le Quai d’Orsay justifie ce rappel par « les accusations répétées, les attaques sans fondement et déclarations outrancières » de la part de dirigeants italiens contre la France depuis plusieurs mois…

F.P. avec AFP

— 

La police montée italienne à Rome (illustration).
La police montée italienne à Rome (illustration). — VINCENZO PINTO / AFP

La France a rappelé son ambassadeur en Italie pour « des consultations » après une série de « déclarations outrancières » et « d’attaques sans fondement » de responsables italiens, a annoncé jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

« La France a fait, depuis plusieurs mois, l’objet d’accusations répétées, d’attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l’esprit », explique le Quai d’Orsay dans un communiqué.

Un soutien aux gilets jaunes qui passe mal

Cet automne, l’Italie avait notamment critiqué la France sur sa gestion de la crise des migrants, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur transalpin accusant notamment Paris d’avoir tenter de refouler des migrants mineurs vers l’Italie.

Luigi Di Maio, vice-président du Conseil des ministres italien et leader du Mouvement 5 étoiles, actuellement à la tête du pays, a plusieurs fois également manifesté son soutien au mouvement des gilets jaunes. Il les invitait à « ne rien lâcher » dans un post de blog le 7 janvier dernier. Mardi, il annonçait aussi, sur les réseaux sociaux, avoir rencontré en région parisienne des représentants de « gilets jaunes ». « Le vent du changement a franchi les Alpes. Je répète : le vent du changement a franchi les Alpes », lançait Luigi Di Maio.

« Sans précédent depuis la fin de la guerre »

« Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable, a réagi le Quai d’Orsay qui parle d’attaques sans précédents depuis la fin de la guerre. Elles violent le respect dû au choix démocratique, fait par un peuple ami et allié. Elles violent le respect que se doivent entre eux les gouvernements démocratiquement et librement élus. »