Emmanuel Macron se rendra à Mayotte et à la Réunion en juin

OUTRE-MER Emmanuel Macron s'est adressé aux élus ultramarins lors du grand débat organisé pour eux à l’Elysée...

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron le 24 janvier 2019.
Emmanuel Macron le 24 janvier 2019. — Mahoudeau Clement-POOL/SIPA

Emmanuel Macron se rendra à Mayotte et à La Réunion en juin prochain. « Je viendrai en juin », a déclaré le chef de l’Etat vendredi aux élus ultramarins lors du grand débat organisé pour eux à l’Elysée. Emmanuel Macron s'adressait à plusieurs élus mahorais qui l’ont interrogé notamment sur l’immigration clandestine et la convergence des minima sociaux mahorais sur ceux de la métropole.

Sur ce dernier sujet, le chef de l’Etat a indiqué que cette convergence, prévue d’ici 2030, ne pouvait être accélérée « tant qu’on n’a pas réglé le risque de l’extraordinaire dépendance » des Comores vis-à-vis de Mayotte, où les Comoriens arrivent clandestinement par bateaux.

« L’immigration illégale, c’est pire que les sargasses »

Sur une population totale de 256.000 habitants à Mayotte, 52.000 étrangers sont en situation irrégulière, essentiellement venus des Comores, selon une étude de l’Insee de 2015. « L’immigration illégale, c’est pire que les sargasses, c’est pire que la chlordécone. L’Etat a mis trop longtemps à réagir », a déclaré un peu plus tard la maire de Chirongui, Hanima Ibrahima.

Le chef de l’Etat a reconnu qu’il y avait un « bras de fer permanent » avec les Comores, estimant qu’un « pacte de développement » avec ces îles très pauvres était la seule solution.

« Avoir une réponse pérenne au mois de juin »

« Comment cela se fait que la cinquième puissance mondiale a toujours autant de mal à régler ce problème depuis trente ans ? », a demandé un autre élu mahorais. « Cela ne fait pas trente ans que je suis au pouvoir et cela ne fait pas trente ans qu’on a départementalisé Mayotte », a répondu Emmanuel Macron.

Il a promis qu’il ferait « tout pour avoir une réponse pérenne au mois de juin ». Un peu plus tard, pressé par les élus réunionnais, qui avaient de nombreuses questions à lui poser, il a précisé, qu’il viendrait aussi sur leur territoire en juin.