Retraités, agriculteurs… Pour Aurore Bergé, ces fausses citations «posent une vraie question de démocratie»

FAKE OFF « 20 Minutes » revient sur les nombreuses fausses citations attribuées à Aurore Bergé, porte-parole de la République en marche, qui déplore l’impact concret de ces intox

Alexis Orsini

— 

Aurore Berge , députée LREM le 19 juin 2017 à l'Assemblée. AFP PHOTO / Thomas Samson
Aurore Berge , députée LREM le 19 juin 2017 à l'Assemblée. AFP PHOTO / Thomas Samson — AFP
  • Depuis plusieurs mois, Aurore Bergé, députée des Yvelines et aujourd'hui porte-parole de la République en marche (LREM), se voit attribuer de fausses citations sur les réseaux sociaux.
  • Goûter des retraités, pouvoir d'achat des agriculteurs... 20 Minutes récapitule tous les propos fictifs qui lui sont prêtés.
  • Aurore Bergé revient en outre sur l'impact de ces intox et sur les solutions potentielles pour lutter contre ce phénomène.

« Dans ma circonscription, je croise tous les jours des retraités qui prennent trois repas par jour et parfois même un goûter. Ils doivent faire un effort », « pas besoin de sortir les pauvres de la pauvreté, faut juste qu’ils soient contents d’être pauvres pour qu’ils la vivent mieux »…

Sur les réseaux sociaux, différentes citations sulfureuses et fictives (listées ci-dessous), sont attribuées à la même personnalité politique : Aurore Bergé, députée La République en marche (LREM) des Yvelines, porte-parole et responsable de la « riposte » au sein du parti présidentiel.

Depuis plusieurs mois, l’élue est en effet la cible d’intox reposant sur un modèle très simple : l’association d’une capture d’écran d’interview qu’elle a réellement donnée et d’une citation inventée de toutes pièces, qui a tout pour provoquer la colère des internautes. Comme le prouvent les partages de posts qui se comptent par milliers et les nombreuses insultes laissées en commentaire, la recette fonctionne.

Aurore Bergé en juin 2018.
Aurore Bergé en juin 2018. - Woytek Konarzewski/SIPA

« Ça pose une vraie question de démocratie »

« Ça a commencé avec les différentes intox au moment de la réforme des retraites, on a reçu des centaines de mails et des appels incessants à la permanence », nous confie Aurore Bergé, qui s’estime particulièrement visée « en tant que porte-parole [de LREM] » en raison de son activité sur les réseaux sociaux.

« L’impact va au-delà des réseaux sociaux : en janvier, j’ai fait des cérémonies de vœux dans une trentaine de circonscriptions et de nombreuses personnes sont venues me dire : "Je suis choquée que vous ayez pu tenir de tels propos, est-ce que vous pouvez nous expliquer ?" C’est ce que j’ai fait, mais le taux de pénétration des fausses infos est extrêmement fort », déplore l’élue.

Si elle prend soin, avec son équipe, de réagir au plus vite à l’apparition d’une nouvelle citation inventée – souvent à l’initiative de comptes parodiques dont elle dénonce « l’ambiguïté volontaire » en raison de leur mélange entre fausses et vraies informations –, elle estime que ce phénomène nécessite une approche complémentaire.

« Il faudrait qu’on arrive à anticiper. Ce ne sera jamais possible pour tout mais au moins sur les sujets d’actualité qui peuvent potentiellement être détournés, comme le traité d’Aix-la-Chapelle. Fournir des explications en amont serait utile plutôt que d’arriver en défense et donc de donner l’impression de se justifier », avance-t-elle.

Elle a en tout cas décidé de porter plainte systématiquement contre les internautes qui les « diffusent sciemment » : « Quand vous voyez des groupes relayer ma fausse citation sur les agriculteurs puis réitérer en disant que la vidéo n’était plus disponible [sur LCI] pour cacher cette citation, vous avez là une volonté manifeste de porter atteinte à un élu, ce qui justifie à mon sens une action en justice. »

L’élue alerte enfin sur les risques causés par ce type d’intox : « ça pose une vraie question de démocratie : comment gouverner ou faire campagne à l’heure d’une grande défiance vers les politiques et les médias, à l’heure où toute parole se vaut ? Ça ne me dérange pas de débattre, mais en se basant sur des faits, pas sur des inventions. […] On en arrive au risque d’une réalité alternative, où les gens s’appuient uniquement sur des sources non fiables. »

Retrouvez ci-dessous la liste (actualisée au fil du temps) des faux propos attribués à Aurore Bergé.

FAKE OFF

Août 2018 : les retraités qui « gâtent trop leurs petits-enfants » et qui prennent « parfois même un goûter »

La fausse citation : « Les retraités "gâtent trop leurs petits-enfants", estime Aurore Bergé… S’ils gâtaient un peu moins leurs petits-enfants, beaucoup plus des retraités "auraient la capacité" de faire l’effort demandé par le gouvernement sur les pensions. »

Fin août 2018, le site parodique SecretNews publie un canular autour d’Aurore Bergé, en lui prêtant une déclaration polémique à propos des « retraités qui gâtent trop leurs petits-enfants ». Mais l’article mélange le vrai au faux puisqu’il reprend également presque mot pour mot des citations authentiques de la députée, tirées d’une interview donnée sur Boursorama.

Quelques jours plus tôt, elle y déclarait bien : « Je vous parle d’un effort générationnel que nous, nous faisons parce que nous faisons en sorte que nos retraités puissent dignement vivre à la retraite et de la même manière on demande à nos retraités de faire un effort pour accompagner aussi nos générations qui n’ont pas eu les mêmes chances que les leurs. »

Ses propos fictifs deviennent toutefois viraux sur Facebook au premier degré et provoquent un torrent d’insultes à l’encontre d’Aurore Bergé. Au point d’amener – chose rare – SecretNews à mettre à jour son article pour préciser qu’il s’agit d’un canular.

La fausse citation : « Le gel des pensions de retraite est une mesure de justice sociale. Dans ma circonscription je croise tous les jours des retraités qui prennent trois repas par jour et parfois même un goûter. Ils doivent faire un effort, ils ont les capacités de le faire »

A la même période, le compte Twitter parodique « Journal de l’Elysée » attribue ces propos à Aurore Bergé, illustrés d’une capture d’écran de la députée lors d’une interview sur Europe 1 sans aucun rapport puisqu’elle a eu lieu en août 2017, soit un an plus tôt.

La citation circulera ensuite sur Facebook et par chaîne de mail avec la légende « partage [z] en masse, ces propos ne peuvent pas rester sous silence ».

Septembre 2018 : les pauvres contents d’être « pauvre [s] »

La fausse citation : « Pas besoin de sortir les pauvres de la pauvreté, faut juste qu’ils soient contents d’être pauvres pour qu’ils la vivent mieux »

En septembre 2018, au moment de la présentation par le gouvernement du plan pauvreté, un tweet du compte « DécérébréEnMarche ! » relaye un extrait vidéo de l’intervention d’Aurore Bergé sur le sujet à l’antenne de BFM-TV. Une séquence accompagnée de cette légende, pourtant sans rapport avec les propos tenus dans l’extrait : « D’après Aurore Bergé, toujours elle, pas besoin de sortir les pauvres de la pauvreté, faut juste qu’ils soient contents d’être pauvres pour qu’ils la vivent mieux ».

Un mois plus tard, en réponse à une citation parodique à Marlène Schiappa, le même compte relaye de nouveau cette phrase mais cette fois-ci sous la forme d’une fausse citation, qui reprend un modèle de mise en forme « emprunté » directement à un tweet d’Aurore Bergé en date du 23 juillet 2018.

Octobre 2018 : les « cours de natation aux Français » pendant les inondations dans l’Aude

La fausse citation : « Il faut donner des cours de natation aux Français »

Mi-octobre, alors que des inondations ravagent l’Aude, entraînant la mort d’une dizaine de personnes, le site parodique Nordpresse publie un canular sur Aurore Bergé.

« Aurore Bergé a demandé aujourd’hui que le gouvernement mette en place un grand plan "natation" pour empêcher à l’avenir que des personnes ne se noient dans des inondations causées par l’artificialisation des sols » plaisante ainsi la plateforme.

Là encore, certains internautes prennent cette proposition parodique pour argent comptant et s’offusquent d’une telle indécence.

Janvier 2019 : le « pouvoir d’achat » oublié des agriculteurs

La fausse citation : « Les agriculteurs se plaignent de toucher un petit salaire mais ils oublient un peu facilement de dire qu’ils bénéficient gratuitement des légumes, lait ou viande qui viennent de leur exploitation. C’est du pouvoir d’achat »

La fausse citation d'Aurore Bergé sur les agriculteurs.
La fausse citation d'Aurore Bergé sur les agriculteurs. - capture d'écran

Devenue virale fin janvier 2019 sur différents groupes de « gilets jaunes », cette citation (depuis supprimée) accompagne un photomontage d’Aurore Bergé, affublée d’un nez rouge de clown, lors d’une intervention sur LCI.

Si l’interview en question, qui remonte à octobre 2018, n’est plus accessible sur le site de la chaîne, nos confrères de CheckNews ont pu vérifier que la députée n’y avait jamais tenu de tels propos, elle qui y parlait « violences à l’école, GPA, taxe GAFA ou redevance TV ». Aurore Bergé ira elle-même démentir cette intox sur l’un des posts à succès, avant qu’il soit supprimé.

Avant d’être reprises au premier degré sur Facebook, ces phrases avaient été publiées sur le compte Twitter parodique « Christophe Castagnette », dont le tweet contenant la citation fictive reste accessible aujourd’hui.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.