Grand débat national: «Personne n'est d'accord, mais ça crée du lien...» On a assisté à un débat à Paris

REPORTAGE Des marcheurs organisaient, en tant que citoyens, une réunion dans le 5e arrondissement de Paris ce jeudi soir, dans le cadre du « grand débat national »

Laure Cometti

— 

Un débat organisé à la Maison des mines, à Paris, le 31 janvier 2019.
Un débat organisé à la Maison des mines, à Paris, le 31 janvier 2019. — L. Cometti/20 Minutes
  • 20 Minutes a assisté à un débat local organisé à Paris jeudi soir par des sympathisants d’Emmanuel Macron, dans le cadre du grand débat national.
  • La réunion a rassemblé une quarantaine de personnes d’orientations politiques diverses, dont beaucoup de retraités.
  • Les échanges se sont déroulés dans le calme, hormis quelques invectives, mais les participants sont repartis avec leurs doutes sur l’issue de cette consultation nationale qui se déroule jusqu’au 15 mars.

Un bol de chips, une quiche, des gobelets et du vin. On pourrait presque se croire à apéro entre voisins, mais c’est un débat qui s’apprête à commencer dans cette salle du 5e arrondissement de Paris. Il est 18 heure, les participants arrivent par grappes, invités à venir discuter d’écologie, de vie démocratique, de fiscalité et de l’organisation de l’Etat, les quatre thèmes fixés par le gouvernement pour son « grand débat national ». « Servez-vous un verre avant qu’on commence », invite Isabelle Donnay, l’une des trois organisateurs. « C’est un pot… sur le revenu ! » lance un monsieur malicieux. L’ambiance est détendue, pour le moment.

« C’est La République en marche qui organise ? » s’enquiert une dame venue du 12e arrondissement, car « là-bas, il n’y a rien, zéro débat ». « Non, c’est moi », répond Isabelle Donnay. « Et qui êtes-vous ? » « Une citoyenne et une habitante du quartier », répond la quinquagénaire. Elle est aussi celle qui a lancé le comité macroniste du quartier Port-Royal en juin 2017. Isabelle organise son premier débat ce jeudi soir « pour aider notre président ». Son fils Guillaume est venu « filer un coup de main », il prendra les notes pour faire la restitution des échanges sur le site officiel du grand débat national. Il aide aussi à faire baisser la moyenne d’âge de la salle, où les têtes grisonnantes sont majoritaires.

Trois minutes de parole libre pour chacun

Près du tableau où sont affichés les quatre thèmes, Bruno Bensaïd, qui va modérer les échanges entre une quarantaine de personnes, est serein. Consultant, il a l’habitude d’animer « des réunions, des concours de start-up… Mais ça reste une première ! », confie-t-il. Soutien d’Emmanuel Macron pendant la présidentielle, il sera ce soir-là, comme Isabelle, « apolitique ». « On est là pour écouter ». D’une voix posée, il constate qu’il y a peu de débats organisés dans Paris, deux semaines après le lancement, « un peu déçu de cette passivité, que si peu de gens s’en emparent », alors « qu’ils n’ont pas beaucoup d’occasions de s’exprimer ». « Ce qui sortira du grand débat, ce ne sera peut-être pas des mesures ou des lois, mais cette capacité à s’écouter, qui crée du lien », espère-t-il.

Il est 18h55, la salle est remplie et la réunion peut commencer. Chacun dispose de trois minutes maximum pour s’exprimer, sur le sujet de son choix, même en dehors des quatre thèmes officiels, explique Isabelle à l’assistance.

Joute littéraire sur Houellebecq et inspiration « Nuit debout »

Un cadre libre, si libre qu’un retraité part un peu loin : « L’écologie c’est psychologique avant tout ! Et quand on voit ce que les gens lisent, du Amélie Nothomb et du Houellebecq, bonjour ! » « Houellebecq c’est un très grand écrivain français », lui beugle un autre retraité grisonnant, ce qui fait sursauter ses voisins. Le premier quitte la salle en râlant que « c’est pas un débat, y’a pas de dialogue ».

Effectivement, hormis cette parenthèse littéraire hors sujet, pour le moment les participants enchaînent les interventions sur l’environnement, quelque peu inégales et décousues. « On pourrait lever les mains et les tourner quand on est d’accord avec ce qui est dit, ou les lever et les croiser quand on désapprouve », suggère un homme frisé qui a probablement fait un tour du côté de la place de la République, période « Nuit Debout ». « Et on chante aussi ? » râle un retraité en veste de tweed, en levant les yeux au ciel. Mais les organisateurs marcheurs aiment l’idée, adoptée.

Le grand débat national version
Le grand débat national version "Nuit Debout". - L. Cometti/20 Minutes

Sur l’écologie, un consensus mais peu d’idées

Les interventions reprennent sur l’écologie : une dame brandit un exemplaire du Monde pour dire qu’il faut faire plus d’économies d’énergie (des mains se lèvent et s’agitent dans l’assemblée), un monsieur très élégant pense qu’il faudrait mieux contrôler les poids lourds. Certains sont venus avec un discours rédigé, d’autres improvisent. Quelques personnes prennent des notes. Il y a aussi ceux qui déroulent leur CV avant de prendre la parole, pour légitimer leurs propos, comme cet « ingénieur » à la retraite ou cet « expert ferroviaire » retraité lui aussi. Le premier « monopolise trop la parole » au goût de certains participants : « eh oh, vous avez eu vos trois minutes ! »

Parmi les idées qui semblent faire consensus, la salle ne veut pas que la transition écologique – qu’elle juge indispensable – se fasse au détriment des plus précaires économiquement. Et les participants souhaitent que les industries, notamment de transports, « mettent la main à la pâte ». Mais la plupart disent aussi qu’ils s’y « connaissent peu techniquement », et ne savent pas quoi « proposer » au gouvernement.

Comme un air de repas de famille

On enchaîne avec la fiscalité, et le ton monte un peu. Il faut dire qu’il commence à faire très chaud dans la salle, et qu’on attaque les sujets qui fâchent. « Il faut baisser les impôts, sur le revenu et la TVA ! », crie le monsieur fan de Houellebecq en dégainant des fiches, dans le brouhaha. Le débat commence à ressembler à un repas de famille où plus grand monde ne s’écoute. Pour que tout le monde se concentre à nouveau, Bruno Bensaïd intervient en lisant un extrait de la fiche dédiée à la fiscalité, fournie par le gouvernement.

« Tout le monde devrait payer l’impôt sur le revenu, même un peu », lance une dame qui rêve qu’il devienne bien plus progressif encore. Un monsieur plaide pour conditionner le RSA à des heures de TIG (travaux d’intérêt général), un autre veut baisser la TVA à 2,5 % pour « les aliments de base, les protections hygiéniques féminines et masculines, et les services et équipements pour handicapés ». Dans les trois cas, l’assistance opine du chef ou lève les mains.

Plus d’éducation civique et moins de parlementaires

Sur la vie démocratique, plusieurs pistes mettent presque tout le monde d’accord : diminuer le nombre de parlementaires, augmenter les heures d’éducation civique, faire moins de lois et qu’elles soient « plus compréhensibles », et ne pas instaurer trop de « proportionnelle » dans les scrutins. « Tirer au sort des citoyens, c’est une fausse bonne idée, ça a mené la démocratie athénienne à sa perte », prévient un monsieur féru d’Histoire. Un partisan de la démocratie directe tente de lui répondre mais récolte un « Les soviets, ça leur a pas réussi ! » d’une dame à lunettes. Il y a tout de même un partisan du RIC [référendum d’initiative citoyenne] qui pense que « dans le futur, on interrogera les citoyens régulièrement, sur plusieurs questions ».

Puis les sujets se diversifient, au fil des témoignages. Un jeune homme qui tient un attaché-case siglé ESSEC [une école de commerce réputée] déplore que l’ascenseur social soit en panne, une femme en fauteuil roulant critique les entreprises de services aux handicapés agréées par l’Etat mais qui « font un travail déplorable ».

« Personne n’est d’accord, alors que nous sommes plutôt homogènes »

A la sortie, Jean-Paul a trouvé ça « utile, même si certains ont des réactions un peu vives. C’est différent d’écouter la radio, la parole est plus libre dans ce débat. Il faudra que le gouvernement s’en saisisse », espère-t-il. Alexandre s’en va aussi content, même s’il constate que le débat ne règle pas tout. « On voit bien que les sujets sont complexes, et personne n’est d’accord, alors que nous sommes un groupe plutôt homogène d’habitants du quartier. Beaucoup défendent juste leur propre chapelle ».

Il ne se fait pas trop d’illusions sur l’issue de cette consultation nationale. « On ne s’imagine pas qu’on est en train de faire la politique de demain, ici, ce soir. Beaucoup viennent pour parler. Finalement, ça crée du lien dans notre quartier, un peu comme les "gilets jaunes" sur leurs ronds-points ». Le mouvement de contestation, à l’origine de ce débat, n’aura été cité qu’une fois dans la soirée, dans la bouche d’un retraité : « les "gilets jaunes" ont raison de dire que les politiques leur parlent de fin du monde alors que leur souci, c’est la fin du mois ». Deux heures plus tard, il est temps de ranger les chips et les gobelets, et de rentrer chez soi faire le compte-rendu des discussions.