Européennes: Wauquiez «sera comptable» du résultat des élections, estime Dati

LISTE Le président du parti Les Républicains a présenté lui-même le nom de François-Xavier Bellamy, philosophe conservateur, pour prendre la tête de la liste LR...

20 Minutes avec AFP

— 

Rachida Dati en février 2018.
Rachida Dati en février 2018. — IBO/SIPA

Les européennes, un scrutin à gros enjeu pour Laurent Wauquiez. Le président des Républicains sera responsable des résultats de son parti aux élections européennes, a estimé ce mardi l’eurodéputée sortante LR Rachida Dati, elle-même en course sur la liste LR.

Laurent Wauquiez, dont le parti est actuellement en panne dans les sondages pour ces élections du 26 mai, « sera comptable des résultats, même s’il ne conduit pas la liste ». « Il va être engagé dans cette campagne européenne », a déclaré sur France Inter la maire du 7e arrondissement de Paris.

« Je pense exactement l’inverse de lui »

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, qui a confirmé qu’elle figurerait en position éligible sur la liste de LR aux européennes, n’aurait cependant « peut-être pas » choisi le philosophe et élu de Versailles François-Xavier Bellamy, âgé de 33 ans, pour la conduire. « Ses convictions personnelles » notamment contre l’avortement « ne sont pas les miennes », a-t-elle expliqué. Pour autant « le projet politique européen est le même pour tous », selon elle. Et « c’est une liste, donc c’est un projet collectif, donc ce ne sera pas la ligne de monsieur Bellamy ».

« Sur ces sujets de société [avortement, mariage pour tous, PMA], je pense exactement l’inverse de lui. S’il était seul, ça me poserait un problème, mais dans la mesure où la liste est variée, ça ne m’en pose pas », a abondé sur Cnews Renaud Muselier, président LR du conseil régional de Provence-Alpes Côte d’Azur et eurodéputé.

L’eurodéputée sortante et ancienne ministre Nadine Morano, qui sera aussi sur la liste LR, a défendu sur Radio Classique une liste où il y a « le renouvellement mais aussi l’expérience. Parce que le renouvellement ce n’est pas un argument politique ». « M. Bellamy, contrairement à M. Bardella [tête de liste du Rassemblement national], n’est pas un apparatchick », a-t-elle aussi argumenté. « Le nouveau monde aujourd’hui c’est le chaos incarné par Emmanuel Macron », a dénoncé l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. « A un moment il faut qu’il se remette en cause et qu’il comprenne que sa politique [est] brouillonne, injuste, qu’il puisse écouter et changer de cap ».