Grève, «nuit jaune», site, liste... Comment les «gilets jaunes» s’organisent pour durer

MOBILISATION Après deux mois de mobilisation et le lancement du « grand débat national » par le gouvernement, les « gilets jaunes » réfléchissent à de nouveaux modes de mobilisation, dans la rue et en ligne…

Laure Cometti

— 

Des «gilets jaunes» manifestent à Paris, sur l'avenue des Champs-Elysées, le  24 novembre 2018.
Des «gilets jaunes» manifestent à Paris, sur l'avenue des Champs-Elysées, le 24 novembre 2018. — MEIGNEUX/SIPA
  • Le mouvement des « gilets jaunes » se poursuit depuis plus de deux mois. Sur les réseaux sociaux, les Français mobilisés cherchent de nouveaux moyens d’exprimer leurs revendications.
  • Certains « gilets jaunes » veulent organiser des manifestations nocturnes, ou dédiées aux blessés. D’autres ont lancé un appel à la grève nationale le 5 février, tandis que plusieurs plateformes en ligne entendent concurrencer le site officiel du gouvernement.
  • Enfin, des « gilets jaunes » ont dévoilé ce mercredi les dix premiers noms de leur liste pour les élections européennes.

Mobilisés depuis plus de deux mois, les « gilets jaunes » veulent innover. Tandis que le gouvernement a lancé sa contre-offensive avec le « grand débat national », plusieurs figures ou collectifs au sein du mouvement réfléchissent à de nouvelles façons de se faire entendre.

Les débats ont lieu sur les pages Facebook, en attendant samedi. Des « gilets jaunes » ont présenté ce mercredi les dix premiers noms de leur liste citoyenne pour les élections européennes.

Un rassemblement contre les violences policières

Les « gilets jaunes » veulent poursuivre et amplifier les rassemblements hebdomadaires du samedi, devenus rituels. Alors que samedi sera leur dixième journée de manifestation nationale, certains Français ont décidé de consacrer celle du 2 février à Paris aux civils blessés lors de précédents samedis « jaunes » et à la lutte contre les grenades et Flash-Ball, dont les forces de l’ordre ont fait usage.

Appel à manifester le 2 février 2019 à Paris publié par des
Appel à manifester le 2 février 2019 à Paris publié par des - Facebook

Une grève le 5 février

Une autre idée est très relayée sur les pages Facebook de « gilets jaunes », celle d’une grève mardi 5 février. Une affiche appelant à la « grève illimitée » dès le 5 février et au « blocage total » a notamment été relayée par Eric Drouet, l’une des figures du mouvement. Le message est entre autres de contrer les « sirènes gouvernementales sur le grand débat national qui taisent nos revendications ».

François Boulo, porte-parole des « gilets jaunes » de Rouen, a également publié un communiqué pour appeler les Français à « la grève générale illimitée » et à « boycotter les grandes enseignes commerciales au profit des commerces de proximité ».

Cette date du 5 février avait déjà été choisie par la CGT pour une journée grève nationale « pour répondre à l’urgence sociale ». Ce mercredi, Olivier Besancenot s'est joint à cette initiative.

Une « nuit jaune » ?

Sur sa page Facebook, Eric Drouet a appelé à un autre type d’action en postant une image à message : « la "nuit jaune", préparez-vous ! ». L’idée a été reprise par d’autres militants qui appellent à un rassemblement nocturne et « sans violence » dans la nuit de samedi à Paris. « Nous profiterons de ces nuits pour débattre, échanger et revendiquer nos véritables doléances. Nous remettrons un cahier jaune à la fin du grand débat », écrivent les organisateurs sur Facebook.

Des militants appellent à une «nuit jaune» à Paris le 26 janvier 2019.
Des militants appellent à une «nuit jaune» à Paris le 26 janvier 2019. - Facebook

Le gouvernement n’a pas le monopole des consultations en ligne. Des « gilets jaunes » de Provence-Alpes-Côte-d’Azur ont lancé leur site participatif, tout comme des  militants de La Réunion. Détail amusant : ils sont développés par Cap collectif, l’entreprise chargée de créer le site du grand débat national pour l’exécutif.

Une autre plateforme nationale est en cours de préparation et devrait être en ligne dans quelques jours. Enregistré sous le nom de domaine « www.le-vrai-debat.fr », ce site est à nouveau développé par Cap Collectif, start-up décidément incontournable.

Une liste aux européennes

D’autres « gilets jaunes » partent à la conquête des urnes. Hayc Shahinyan, autre figure du mouvement, a présenté ce mercredi les dix premiers noms de la liste « Ralliement d’initiative citoyenne » qui souhaite se présenter aux élections européennes, le 26 mai prochain. Ingrid Levavasseur en prend la tête. Pour être en lice, ces « gilets jaunes » devront déposer un total de 79 noms au plus tard le 3 mai.