Les «gilets jaunes» et les pro-Brexit sont similaires, selon Marion Maréchal

RAPPROCHEMENT La présence à Oxford de la petite-fille du cofondateur du Front national, devenu Rassemblement national, Jean-Marie Le Pen, a provoqué une manifestation...

20 Minutes avec AFP

— 

Marion Maréchal-Le Pen s'exprime à la conférence CPAC, dans le Maryland, le 22 février 2018.
Marion Maréchal-Le Pen s'exprime à la conférence CPAC, dans le Maryland, le 22 février 2018. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA

Invitée à l’université d’Oxford pour prononcer un discours devant les étudiants, mardi, l’ancienne députée française d’extrême droite, Marion Maréchal, a comparé les « gilets jaunes » français aux militants britanniques pro-Brexit

« Les gilets jaunes sont très similaires à vos Brexiters », a lancé Marion Maréchal devant la salle de 500 places, comble, d’Oxford Union, un club de débats de la prestigieuse université. « Nous sommes au milieu d’un mouvement populiste », a-t-elle ajouté, et « derrière le mot populiste, il y a le mot peuple. Des gens qui ont été abandonnés, des gens qui ne sont pas représentés ».

« La France a le pouvoir de construire un nouveau leadership »

Dans son discours d’une vingtaine de minutes, en anglais, l’ancienne élue du Vaucluse a appelé à la formation d’une « nouvelle élite », qui se « reconnectera avec le peuple ». Devenue directrice d’une école de sciences politiques à Lyon, Marion Maréchal, 29 ans, a ensuite répondu à des questions, un étudiant lui demandant si la France devrait quitter l’Union européenne.

« Ce débat n’est pas sur la table en France », a répondu Marion Maréchal. « Je crois que la France a le pouvoir de construire un nouveau leadership au sein de l’Union européenne », a-t-elle ajouté, avec pour objectif notamment que « l’UE se cantonne à être une simple organisation territoriale ». « Si, dans les années à venir, la subsidiarité et la souveraineté des Etats nations continuent à être bafouées, la question de l’intérêt de rester dans cette construction fédéraliste se posera très sérieusement », a-t-elle aussi déclaré.

« Dites-le fort, dites-le clairement, Le Pen n’est pas la bienvenue ici »

Elle a lancé une pique au président français Emmanuel Macron qui « ne fait rien sans en référer à l’Allemagne ». « Je ne suis pas très optimiste quant à la capacité d’Emmanuel Macron à vouloir un Brexit constructif eu égard à la position aujourd’hui de l’Allemagne sur le sujet ». La présence à Oxford de la petite-fille du cofondateur du Front national, devenu Rassemblement national, Jean-Marie Le Pen, a provoqué une manifestation. « Dites-le fort, dites-le clairement, Le Pen n’est pas la bienvenue ici », a scandé la centaine de manifestants, lançant des « Honte à vous ! » aux étudiants qui allaient écouter Marion Maréchal.

« Oxford Union a l’habitude d’inviter des fascistes, des politiciens de l’ultra-droite et à chaque fois qu’ils viennent et s’expriment, on leur donne de la crédibilité », a regretté l’un des manifestants, Giles Ungpakorn, 65 ans, membre de l’association antiraciste Stand up to Racism. « A une époque où l’extrême droite est en hausse en Europe, y compris au Royaume-Uni, je trouve que c’est totalement inacceptable » (d’inviter Marion Maréchal), a déclaré Rabyah Khan, la présidente du Parti travailliste d’Oxford.