Affaire Benalla: «Il y a des choses que je ne peux pas vous dire, c'est mon droit»...

AUDITIONS Alexandre Benalla et Vincent Crase ont à nouveau été entendus par les sénateurs ce lundi...

Nicolas Raffin

— 

Les parlementaires ont auditionné pour la deuxième fois Vincent Crase, un ex-employé du parti présidentiel LREM, le 21 janvier 2019.
Les parlementaires ont auditionné pour la deuxième fois Vincent Crase, un ex-employé du parti présidentiel LREM, le 21 janvier 2019. — Thibault Camus/AP/SIPA

 

L'ESSENTIEL

  • Déjà entendu le 19 septembre par la commission d'enquête du Sénat, Alexandre Benalla a été à nouveau convoqué ce lundi après-midi. 
  • L'ex chargé de mission de l'Elysée a été interrogé sur l'obtention et l'utilisation de plusieurs passeports qu'il était censé avoir rendus. Il est resté vague dans ses réponses. 
  • Vincent Crase, ex-employé du parti présidentiel La République en marche et chef d'escadron dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie a aussi été entendu pour la seconde fois. 

A LIRE AUSSI

 

Ce live est désormais terminé

Merci de l'avoir suivi. Pour continuer l'après-midi, vous pouvez lire cet article qui revient sur les principales déclarations d'Alexandre Benalla. 

17h11:  L'audition est terminée. 

Vincent Crase a répondu plutôt rapidement sur ses activités de protection. Il a affirmé qu'il n'y avait aucun conflit d'intérêt avec son travail à l'Elysée. 

16h59 : « C'est en train de devenir un exposé sur ma vie » 

« J'ai été prof, j'ai été détective privé, j'ai été agent d'assurance (...) Aujourd'hui je me consacre à l'écriture » explique Vincent Crase, mi-amusé mi-agacé d'une question d'une sénatrice sur son passé dans l'Education nationale. 

16h55 : « C'est le silence le plus complet. J'ai l'impression de ne plus exister » 

Vincent Crase répond à une question sur ses éventuels contacts à l'Elysée ou LREM après son licenciement. 

16h42 : Les sénateurs s'interrogent sur les liens de Vincent Crase avec l'oligarque russe Iskander Makhmudov 

«Je ne l'ai jamais rencontré» affirme Vincent Crase. 

 

16h40 : L'audition de Vincent Crase a démarré

L'audition est publique, les sénateurs ayant décidé de rejeter la demande de huis clos. 

16h09: L'audition d'Alexandre Benalla est terminée, celle de Vincent Crase va suivre

L'ancien salarié de LREM a demandé le huis-clos. La commission des Lois doit en délibérer. 

16h05 : Alexandre Benalla « n'a pas été emmené au Tchad contre rétribution » 

« Je n'ai pas à vous dire ce que je fais et de quoi je vis » lance-t-il aux sénateurs. « Le fait que vous ne répondiez pas engendre le soupçon » rétorque Jean-Pierre Sueur (PS). 

15h52: « Vous vous abritez derrière la mission de la justice quand ça vous arrange » tance Philippe Bas 

Le sénateur note qu'Alexandre Benalla a donné de nombreux détails sur les événements du 1er Mai alors qu'il n'y était pas obligé. « J'ai le droit à une défense » rétorque-t-il. 

15h49 : « Il y a des choses que je ne peux pas vous dire, c'est mon droit » 

L'ancien chargé de mission réaffirme qu'il réserve certaines réponses à la justice. 

15h38: Revoilà le téléphone Teorem « crypté » 

« Je l'ai restitué de ma propre initiative » répète Alexandre Benalla. 

15h29 : « Pourquoi avoir utilisé un passeport diplomatique après votre licenciement ? » demande la sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio (LR) 

«C'était une erreur de ma part (...) Je n'ai échappé à aucun contrôle » répond l'ex chargé de mission. 

15h23 : Les sénateurs tournent en rond sur la question des passeports 

Après Esther Benbassa, c'est au tour de Patrick Kanner (PS) de tenter sa chance. « J'ai fait redéposer mes passeports diplomatiques à un personnel salarié de l'Elysée vers la fin août » déclare Alexandre Benalla. 

15h15 : «Je n'ai plus de contact avec la présidence de la République ou avec la République en marche depuis le 24 décembre» 

15h08: « Je ne détiens aucun secret sur qui que ce soit. Je ne fais aucun chantage » 

« J'essaye juste de reprendre une vie normale » poursuit Alexandre Benalla. 

15h03 : Alexandre Benalla a informé la présidence de la République de ses déplacements à l'étranger. 

Mais là encore, il refuse d'en dire plus et de nommer précisément les personnes. « J'ai été reçu [à l'étranger] en tant qu'Alexandre Benalla. C'était des déplacements à titre privé ». 

14h59 : Le débat s'éternise sur les passeports 

Alexandre Benalla tient la même position depuis un quart d'heure. « Ces passeports m'ont été délivré normalement (...) c'est tout ce que je peux vous dire ». 

14h50 : Alexandre Benalla refuse toujours de répondre aux questions sur les passeports 

« Je répondrai aux questions des magistrats instructeurs (...) Je n'ai absolument rien à cacher » affirme-t-il. 

14h43: Jean-Pierre Sueur demande à Alexandre Benalla pourquoi il a sollicité le renouvellement de son passeport diplomatique en juin 2018 alors qu'il n'en avait plus besoin

« Les conditions d'attribution, de détention, de restitution de ces passeports concernent l'information judiciaire en cours. Je ne répondrai pas à ces questions » affirme Alexandre Benalla. Philippe Bas tente de le relancer: « Nous voulons savoir comment cette attribution a eu lieu. Elle n'est pas poursuivie en tant que telle comme infraction ». Mais l'ancien chargé de mission garde le silence. 

14h35 : Question sur le téléphone chiffré dont disposait Alexandre Benalla 

« Cet outil permet d'avoir un certain nombre de conversations de manière sécurisée (...) Il m'a été attribué ». « J'ai déménagé en six mois plus de quatre fois, ce téléphone ne m'a jamais été redemandé (...) ». L'ancien chargé de mission affirme ne plus l'avoir utilisé depuis juillet 2018. Le téléphone a ensuite été désactivé le 4 octobre. 

14h32 : Alexandre Benalla n'a pas saisi la commission de déontologie après son licenciement 

« Je n'ai pas saisi la commission de déontologie (...) mais il serait intéressant de voir combien de personnes qui ont quitté l'Elysée ont saisi cette commission (...) J'avais d'autres priorités comme celle de mettre à l'abri ma femme et mon fils ». 

14h29 : Passe d'arme entre Alexandre Benalla et Philippe Bas 

Le sénateur n'a pas apprécié que l'ancien chargé de mission critique les questions que voulaient lui poser les sénateurs sur ses missions effectuées après l'Elysée. « Avez-vous saisi la commission de déontologie et informé la présidence de la République ? » demande l'élu LR. 

14h27 : «Il faut juste me laisser tranquille»

Alexandre Benalla se montre agacé. «J'essaie de ne pas être à la charge de la société».  

14h22 : Alexandre Benalla «n'a eu aucun lien professionnel» avec des sociétés de sécurité ou de défense lors de son emploi à l'Elysée 

« Je ne commenterai pas les articles de presse dans lequel il y a eu absolument tout et son contraire (...) Je n'ai jamais contribué au moindre contrat que Mr Crase a pu passer (...) Je connais beaucoup de gens ». 

14h17: Alexandre Benalla s'explique sur les passeports 

« Je vous réaffirme que le 19 septembre, mes passeports étaient à l'Elysée (...) Je les ai restitués à la demande de la présidence de la République et du ministère des Affaires étrangères (...) dans le courant du mois d'août 2018 (...) Ces passeports m'ont été rendus début octobre 2018 (...) On m'a fait savoir que ses passeports n'étaient pas désactivés. Je reconnais là une erreur de ma part (...) Je ne vous ai pas menti ». 

14h15: «Je n'ai pas débarqué à l'Elysée par effraction» 

« On m'a recruté sur la seule base de mes compétences » affirme l'ancien chargé de mission. 

14h12: «En six mois, on a réussi à faire de moi un personnage qu'on dit sulfureux»

« J'ai pu donner une mauvaise image de moi » reconnait Alexandre Benalla. « Derrière la carapace, il y a un homme, sa femme, son fils (...) une situation professionnelle et personnelle assez troublée qui ont fait que j'ai commis un certain nombre d'erreurs». 

14h09 : Alexandre Benalla prête serment et démarre ses explications 

Sur les événements du 1er-Mai: «On m'a d'abord présenté comme le tabasseur des gentils manifestants, en tronquant la réalité d'une situation pour le moins assez tendue (...) Ces manifestants étaient des lanceurs de bouteilles en verre sur des policiers (...) J'ai pensé bien faire». 

14h03 : Philippe Bas (LR) ouvre l'audition 

Le président de la commission des Lois rappelle qu'il attend des réponses sur l'utilisation des passeports par Alexandre Benalla et sur son rôle lors de déplacements à l'étranger. 

14h00 : Alexandre Benalla arrive au Sénat

13h47 : Une centaine de journalistes accrédités pour l'audition 

 

13h42: Les questions autour de cette audition 

Alors qu'Alexandre Benalla est doublement mis en examen - pour violences sur des manifestants lors du 1er Mai 2018 et pour utilisation abusive de passeports diplomatiques - les sénateurs devraient lui poser de nombreuses questions : Comment a-t-il pu utiliser des passeports diplomatiques pour rencontrer des dirigeants africains alors qu'il avait été «remercié» par l'Élysée ? D'où viennent les «dysfonctionnements» évoqués par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux ? 

13h40 : Bonjour à tous, et bienvenue sur ce live pour suivre l'audition d'Alexandre Benalla au Sénat