Grand débat national: Qui sont les deux ministres choisis pour animer la grande consultation?

DUO Méconnus du grand public, Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon ont été choisis pour animer le grand débat national…

H.S. avec AFP

— 

Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu ont été choisis pour animer le grand débat national, après le départ de Chantal Jouanno.
Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu ont été choisis pour animer le grand débat national, après le départ de Chantal Jouanno. — LUDOVIC MARIN / ERIC FEFERBERG / AFP
  • Initialement nommée par le gouvernement pour animer ce fameux débat, la présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno, a jeté l’éponge en raison d’une polémique sur son salaire.
  • Ce duo de ministres sera renforcé par un groupe de « personnalités indépendantes ».

Chantal Jouanno avait estimé que les « conditions de sérénité nécessaires » n’étaient plus réunies. Pressentie pour animer le grand débat national, l’ex-sénatrice a jeté l’éponge le 7 janvier dernier après une polémique sur son salaire fixé à 176.000 euros brut.

Si le Premier ministre Edouard Philippe a refusé dans un temps de se prononcer sur un éventuel successeur, le choix de l’exécutif s'est finalement porté sur deux personnalités méconnues du grand public. L’animation du débat a été confiée à deux jeunes recrues du gouvernement : Emmanuelle Wargon, 47 ans, et Sébastien Lecornu, 32 ans.

Qui sont-ils ?

Emmanuelle Wargon était encore inconnue du grand public jusqu’au 16 octobre 2018. Choisie par Matignon et l’Elysée, l’ancienne diplômée de l’ENA et d’HEC occupait alors le poste de directrice générale des affaires publiques et de la communication de Danone avant d’être nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Ce choix et l’ancien statut de lobbyiste de la quadragénaire passent mal au lendemain du départ fracassant de Nicolas Hulot à l’Ecologie.

A 32 ans, Sébastien Lecornu est presque un « professionnel de la politique ». Maire d’une commune normande entre 2014 et 2015 puis président du conseil départemental de l’Eure, il trace sa voie à droite dans le sillage de Bruno Le Maire. Ancien secrétaire d’Etat auprès du médiatique ministre Nicolas Hulot, il est promu le 16 octobre 2018 en obtenant le poste très politique de ministre chargé des Collectivités territoriales.

Quelles seront leurs missions ?

Placée sous l’autorité du Premier ministre, cette mission interministérielle organisera la logistique du grand débat, qui démarre ce mardi, et se mettra à la disposition de tous ceux qui souhaitent participer à son organisation.

Pour garantir l’indépendance du grand débat, un collège de garants sera désigné. Indépendants du gouvernement et reconnus pour leur engagement au service de l’intérêt général, ils s’assureront de l’impartialité et de la transparence de la démarche.

Pourquoi eux et quelles réactions leur nomination suscite-t-elle ?

Emmanuelle Wargon a été l’une des premières, au sein du gouvernement, à répondre directement sur les réseaux sociaux, aux préoccupations des « gilets jaunes ». Le 4 novembre, la secrétaire d’Etat a publié une vidéo adressée à Jacqueline Mouraud, elle-même auteure d’une séquence partagée des millions de fois dans laquelle elle interpellait l’exécutif. Depuis le début de la mobilisation, l’ancienne salariée de l’industrie agroalimentaire a également diffusé plusieurs images de déplacements sur des ronds-points où on la voit échanger avec des manifestants en « gilets jaunes ».

A 32 ans, Sébastien Lecornu, présente un profil « plus politique ». Son passage au sein des Républicains et ses fonctions locales ont façonné son parcours, au point d’être considéré par certains comme un « fin connaisseur des arcanes parlementaires et des sensibilités des élus locaux ». Pour autant, l’annonce de leur nomination a suscité certaines critiques au sein de l’opposition. Plusieurs élus ont remis en cause « l’indépendance » de ce grand débat national, soulignant les responsabilités de ces deux animateurs dans ce gouvernement, lui-même décrié par les « gilets jaunes ».

Sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur les groupes Facebook des « gilets jaunes », l’ancienne rémunération d’Emmanuelle Wargon - fixée à 475.899 euros en 2018 selon le site d’information Les Jourset les liens supposés entre Sébastien Lecornu et Alexandre Benalla ont suscité de très vives réactions et d’innombrables commentaires.

Dans un article publié au cœur de l’été lors du scandale visant l’ancien chargé de mission à l’Elysée, le journal Le Monde mettait en avant les liens entretenus entre Sébastien Lecornu et Alexandre Benalla, tous deux originaires de l’Eure et membres du même peloton au sein de la réserve opérationnelle de la gendarmerie.