Usine Ford à Blanquefort: Philippe Poutou interpelle Teddy Riner, nouvel ambassadeur du groupe

APPEL A L'AIDE Le judoka est devenu le nouvel ambassadeur de la marque automobile en France, dans une campagne de publicité, baptisée « C’est Teddy qui l’a dit »…

Manon Aublanc

— 

Philippe Poutou devant l'usine Ford de Blanquefort lors d'un débrayage, le 5 mars 2018.
Philippe Poutou devant l'usine Ford de Blanquefort lors d'un débrayage, le 5 mars 2018. — M.Bosredon/20Minutes

L’ancien candidat à la présidentielle tente le tout pour le tout. Pour sauver l’usine Ford de Blanquefort, dont il est salarié, Philippe Poutou a demandé à être reçu par le judoka Teddy Riner, nouvel ambassadeur du constructeur automobile en France.

« Je voudrais lui raconter notre lutte pour sauver l’usine Ford et nos emplois », a écrit Philippe Poutou sur son compte Twitter, à l’attention de Teddy Riner, star de la nouvelle campagne de publicité de la marque automobile.

« Nous pouvons sauver cette usine, je ne baisse pas les bras »

« Dans le spot publicitaire que vous verrez bientôt, [mon rôle] est surtout de motiver les équipes à avoir les meilleures offres possibles pour les clients, que tout soit parfait et qu’on soit prêts dans les délais (…). Je connais très bien la marque », a expliqué le judoka au magazine Auto Plus, début janvier. Un appel au secours qui intervient dans un contexte tendu pour le site de Blanquefort.

Début octobre, la direction de Ford avait annoncé qu’elle refusait l’offre de reprise du groupe belge Punch Powerglide pour le site de Blanquefort. Mais dimanche, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, a assuré que « les discussions continuent » pour convaincre Ford de ne pas fermer son usine bordelaise. « Nous pouvons sauver cette usine, je ne baisse pas les bras », a-t-il affirmé dans l’émission Le Grand Rendez-vous pour Europe 1, CNews et Les Echos.

Vers un rachat de l’Etat ?

« Il y a une offre de reprise, elle est solide industriellement, elle a été acceptée par les salariés, qui ont accepté des conditions de travail plus difficiles, la suppression de RTT, des heures de travail plus longues, une rémunération gelée pendant un certain nombre d’années ».

Ce jeudi, le constructeur américain a annoncé une vaste réorganisation de ses activités en Europe qui se traduira par des suppressions d’emplois, qu’il n’a pas encore chiffrées. Le ministre de l’Economie a déclaré que l’Etat était prêt à la racheter provisoirement pour la revendre ensuite à Punch Powerglide.