Agen: L'élue qui avait parlé des chambres à gaz comme d'un «détail de l'histoire» démissionne

POLEMIQUE Après avoir été exclue du Rassemblement National, Catherine Lesné vient de démissionner du conseil municipal d'Agen suite à ses propos sur les chambres à gaz en octobre dernier...

M.B. avec AFP

— 

Le nouveau logo du Rassemblement national, ex-Front national
Le nouveau logo du Rassemblement national, ex-Front national — J.-P. Ksiazek - AFP

La conseillère municipale d’Agen exclue du Rassemblement national (RN) après avoir repris à son compte les anciens propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz « détail de l’Histoire », a démissionné et va déménager, a indiqué mardi le cabinet du maire.

Catherine Lesné « déménage pour raisons professionnelles hors de la région Nouvelle-Aquitaine », a indiqué à un correspondant de l’AFP le cabinet de Jean Dionis du Séjour (Modem). Sa lettre de démission a été reçue lundi en mairie, selon la même source.

« Pas une négationniste » dit-elle

En octobre, dans un message sur Facebook visible uniquement par ses amis mais publié par le quotidien Sud Ouest, l’élue agenaise s’en était pris aux immigrés avant d’ajouter : « Tout comme "les chambres à gaz ont été un détail de l’Histoire" car effectivement, la guerre n’a pas été que ça !!! ».

Elle avait présenté fin novembre ses excuses aux personnes qu’elle a « pu blesser ». « Je n’ai jamais été négationniste, je considère les camps de concentration comme un événement majeur de l’histoire par l’industrialisation de la mise à mort », avait-elle écrit.

Exclue du parti

Malgré ses excuses, « il n’est pas question qu’elle réintègre le Front national », avait alors déclaré Étienne Bousquet-Cassagne, secrétaire départemental adjoint du RN et conseiller régional.

L’ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen (de 1972 à 2011) avait assimilé les chambres à gaz à « un détail de l’Histoire de la Seconde guerre mondiale », affirmation qui lui a valu d’être définitivement condamné en mars 2018 par la Cour de cassation pour contestation de crime contre l’Humanité.