VIDEO. «Gilets jaunes»: Que faut-il retenir des mesures «d'ordre public» annoncées par Edouard Philippe?

VIOLENCES Edouard Philippe s'est exprimé, ce lundi, après les violences en marge de « l’acte 8 » de la mobilisation des « gilets jaunes », ce week-end…

Manon Aublanc

— 

Edouard Philippe sur le plateau du 20 Heures de TF1, le 7 janvier 2018.
Edouard Philippe sur le plateau du 20 Heures de TF1, le 7 janvier 2018. — AFP

Après les scènes de violences, ce week-end, lors de « l’acte 8 » de la mobilisation des « gilets jaunes », l’exécutif durcit le ton. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a pris la parole, ce lundi sur le plateau du 20 Heures de TF1, pour annoncer des mesures « d’ordre public ».

Si vous n’avez pas suivi l’intervention du Premier ministre, 20 Minutes fait le point sur ce qu’il ne fallait pas louper.

  • Un dispositif de sécurité « considérable » pour « l’acte 9 »

Un dispositif de sécurité « considérable » va être déployé pour encadrer la prochaine journée de mobilisation des « gilets jaunes » samedi.

Le dispositif retrouvera son niveau de mi-décembre, à savoir près de 80.000 policiers et gendarmes dans toute la France, a précisé Edouard Philippe, assurant que les manifestants violents n’auraient « pas le dernier mot ».

  • Un fichier dédié aux casseurs identifiés créé

Edouard Philippe a également annoncé une nouvelle loi durcissant les sanctions contre les « casseurs » et les manifestations non-déclarées.

Cette nouvelle loi doit muscler l’arsenal répressif en créant notamment sur le modèle de la lutte contre le hooliganisme, un « dispositif » interdisant l’accès aux manifestations de casseurs identifiés avec la création d’un fichier dédié, a précisé Matignon.

  • « Un millier » de condamnations depuis le début du mouvement

Près de 5.600 personnes ont été placées en garde à vue et quelque 1.000 condamnations ont été prononcées par la justice depuis le début de la mobilisation des « gilets jaunes », le 17 novembre dernier, a détaillé le chef du gouvernement.