VIDEO. «Grand débat» national : «C'est le salaire fixé par les autorités», Chantal Jouanno répond aux critiques sur son salaire

REMUNERATION La présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), va toucher, en 2019, plus de 176.000 euros, soit un salaire brut mensuel de 14.666 euros…

Manon Aublanc

— 

Chantal Jouanno, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) à Issy-les-Moulineaux, le 9 décembre 2015.
Chantal Jouanno, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) à Issy-les-Moulineaux, le 9 décembre 2015. — MIGUEL MEDINA / AFP

Un salaire presque aussi important que celui d’Emmanuel Macron ou d’Edouard Philippe. Chargée d’organiser le «grand débat national», voulu par le chef de l’Etat, Chantal Jouanno, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), va toucher plus de 176.000 euros en 2019, rapporte La Lettre A, ce lundi. 

« Aucune rémunération spécifique pour cette mission. Je touche un salaire de présidente de la CNDP dont les missions sont plus larges que le Grand débat », s’est défendue Chantal Jouanno, sur Twitter, face aux nombreuses critiques sur sa rémunération. La présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), chargée d’organiser le « grand débat national », devrait percevoir, en 2019, plus de 176.000 euros, soit un salaire brut mensuel de 14.666 euros. Une rémunération proche de celle du chef de l’État et du Premier ministre, fixée à 15.140 euros brut par mois.

« Cela ne dépend pas de moi »

« C’est le salaire fixé par les autorités [pour] les présidents de la CNDP, quels qu’ils soient », a précisé l’ancienne ministre des Sports au micro de Franceinfo, ce lundi. « Cela ne dépend pas de moi et ça n’est pas lié au "grand débat national" », a-t-elle ajouté.

Alors que le « grand débat national » est contesté par une partie des « gilets jaunes »​, l’annonce de la rémunération de Chantal Jouanno a rajouté de l’huile sur le feu, déclenchant un flot de réactions sur les réseaux sociaux.

« S’ils veulent faire une proposition pour réviser ce salaire, ils en sont totalement libres »

Chantal Jouanno a ajouté qu’elle « comprenait » que son salaire puisse choquer. « Je pense que c’est important que les gens disent (…) en quoi ça les choque. A la limite, s’ils veulent faire une proposition pour réviser ce salaire, ils en sont totalement libres », a-t-elle expliqué à la radio.​

Selon Marianne, le salaire de Chantal Jouanno est d’autant plus étonnant que la Commission nationale du débat public (CNDP) ne compte que 25 personnes dans ses effectifs. A titre de comparaison, l’hebdomadaire indique que François de Rugy, le ministre de la Transition écologique, perçoit « seulement » 13.400 euros par mois, avec 57.000 fonctionnaires sous sa responsabilité.