Brune Poirson a fait un stage de kung-fu en Chine

ARTS MARTIAUX La secrétaire d’Etat à la transition écologique y a appris « l’autodéfense » et « l’harmonie », des valeurs plutôt utiles pour sa carrière politique…

L.Br.

— 

Brune Poirson, le 3 décembre 2018 à Katowice, en Pologne pour la COP 24.
Brune Poirson, le 3 décembre 2018 à Katowice, en Pologne pour la COP 24. — SIPA

Dans une interview au ton léger accordée à Libération le 4 janvier, Brune Poirson, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique a révélé avoir fait un stage de kung-fu à Shaolin, en Chine. Une expérience qui l’aide au quotidien en politique.

A la question « Ça vous a apporté quoi de faire un stage de kung-fu à Shaolin ? » posée par un journaliste de Libération et relevée par BFMTV, Brune Poirson a répondu : « Neuf kilos en moins ! Plus sérieusement : l’endurance et la rigueur. »

Contre la misogynie et l’arrogance

Le stage qu’elle a réalisé lui a permis de s’armer contre les difficultés de la vie politique. « Le kung-fu, c’est apprendre à faire un geste parfait en totale harmonie avec son esprit. Et l’autodéfense en politique, ça peut servir, surtout contre la misogynie et l’arrogance technocratique », a-t-elle conclu.